Page d'accueil

Autres publications


Nouvelles technologies facteur d'intégration


L'accès au document

Dominique Burger, INSERM U483

Introduction

Dans une société comme la nôtre, l'intégration sociale, professionnelle, scolaire, ne peut se concevoir sans l'accès à l'écrit, outil de diffusion des connaissances et moyen de communication universels. Au seuil du XIXème siècle Louis Braille avait bien compris que l'invention d'un système d'écriture adapté au possibilité du toucher était une condition nécessaire de l'intégration des aveugles. C'est pourquoi il s'attaqua avec cette énergie extraordinaire à la question qui semblait alors impossible à résoudre : comment lire très vite avec les doigts ?

Braille sortir des sentiers battus, opéra une rupture radicale avec les solutions d'alors et proposa le fameux alphabet binaire, par points qui eu le succès que l'on sait. Il est impressionnant de constater à quel point cette invention était d'avant garde et comment elle s'est imposée face aux résistances intellectuelles et psychiques, résisté à l'usure du temps et s'est adaptée à l'évolution des techniques. La simplicité et la robustesse du concept ont permis de l'appliquer aussi bien dans le contexte artisanal de la planchette et du poinçon, que de systèmes mécaniques, tels que la machine Perkins, ou informatiques avec les embosseuses électromécaniques, et les afficheurs électroniques. L'invention d'Internet et son développement fulgurant donnent aujourd'hui à cette invention - un des premiers code binaire utilisés pour communiquer à grande échelle - une actualité extraordinaire.

Plus que jamais, l'écriture braille et la production de document adaptés sont des clés de l'intégration des aveugles et malvoyant.

Ma contribution à cette journée organisée par l'ANCE sur les nouvelles technologies, sera donc une réflexion sur l'apport des nouvelles technologies pour accéder aux documents lorsque l'on est aveugle ou malvoyant. Cette réflexion s'appuie sur mon expérience d'ingénieur, de chercheur et sur la réflexion au sein du projet BrailleNet.

L'apport des Nouvelles Technologies au braille

Le braille s'est adapté à l'évolution des techniques et nous allons brièvement rappeler les aspects les plus marquants de cette évolution.

L'apport de l'électronique

L'électronique et sa miniaturisation a permis la mise au point de cellules affichant à la demande telle ou telle caractère. L'utilisation de technologies piezo-électriques a permis une réduction de taille, de consommation électrique, du niveau de bruit tout en augmentant la fiabilité des cellules.

Ainsi des afficheurs braille dynamiques de 20, 40 ou 80 caractères ont vu le jour, permettant de rendre accessible de nombreuses applications de l'informatique en particulier des logiciels bureautiques (traitement de texte, tableurs, gestionnaires bases de données, messageries électroniques) et des outils de programmation, ouvrant ainsi de nouveaux débouchés professionnels aux aveugles et malvoyant.

L'affichage électronique donne également au braille de nouvelles dimensions :

Le braille informatique est interactif, grâce à des boutons de désignation, appelés aussi - barbarisme - "curseur routine". L'afficheur braille n'est donc plus seulement un moyen de prendre connaissance d'information mais aussi un moyen de transmettre rapidement de l'information ou une commande par un simple clic, analogue au clic de la souris. De plus en plus souvent des messages vocaux complètent l'affichage d'information en braille. Le braille est donc multimédia. Cette combinaison de modes - à condition de respecter certaines règles de conception - permet au lecteur de gagner du temps, facilite la compréhension du document et de sa structure et d'une manière générale alléger la charge de travail mentale nécessaire pour piloter une application ou naviguer dans un document.

L'apport des techniques vocales

La synthèse de parole est complémentaire du braille. Fugitive quand le braille est stable, elle ne mobilise pas les mains ni le corps. Elle permet une prise de connaissance rapide du texte au vol. Le braille offre l'avantage d'une plus grande précision dans la restitution en particulier pour ce qui concerne l'orthographe. La parole de synthèse ne nécessite que peu d'apprentissage et - faut il le souligner ? - son coût est dérisoire comparé à celui de l'afficheur braille. Dans un avenir très proche il est probable que la synthèse de parole sera intégrée aux outils informatiques en standard.

Des systèmes de reconnaissance de parole bon marchés et performants permettant notamment de dicter à un ordinateur ont fait leur apparition. Ces systèmes présentent pour une personne aveugle travaillant en braille l'immense avantage de libérer les mains du clavier pour la vérification en continu du texte saisi, la navigation dans un document ou le pilotage d'une application.

Images en relief

L'image est un moyen de compléter ou renforcer le texte. Elle est utile, voire indispensable, pour l'enseignement de certaines notions. Bien qu'il n'existe pas aujourd'hui de système réaliste permettant l'affichage de documents en relief de manière dynamique, il faut mentionner l'apparition de systèmes de production de documents en relief à partir de fichiers informatisés. C'est systèmes sont à la portée financière des établissements scolaires ou universitaires, voire des particuliers, de sorte que des images en relief peuvent être diffusées en complément du texte braille plus facilement que par le passé.

Les documents électroniques

Un document électronique est un document numérique stocké sur un support magnétique (disque ou disquette) ou optique (CD ROM). Ces supports offrent de nombreux avantages en comparaison avec les supports traditionnels que nous rappelons ici.

capacité de stockage et taille réduite

Un CD-ROM courant peut contenir 600 millions de signes, soit l'équivalent de 400 000 feuillets dactylographiés. Peu d'auteurs ont tant écrit que leur œuvre complète ne tienne sur un CD-ROM ! De plus le CD-ROM est aujourd'hui réinscriptible, de sorte qu'il est possible de personnaliser des bibliothèques tenant dans la poche contenant des dizaines d'ouvrages.

Nécessité d'une interface de lecture

Pour lire un document électronique, il faut un système informatique approprié comportant l'ordinateur, un lecteur, et un programme de lecture. Cet ensemble constitue l'interface de lecture du document. La nécessité de cette interface met d'une certaine façon a pied d'égalité le lecteur handicap visuel et le lecteur voyant - qui ne peut lire le document, tel quel, avec ses yeux.

Standardisation des systèmes de codage

La standardisation des outils informatiques observée depuis une quinzaine d'année dans le monde a touché en particulier les méthode de codage de document. De sorte qu'un document produit en Amérique du Nord sur un traitement de texte donné pourra être lu en France sur un autre traitement de texte et sur un autre type d'ordinateur.

Outils de navigation

L'interface de lecture offre la possibilité de naviguer dans le document selon des procédures très élaborées. Les documents électroniques volumineux sont munis d'une structure de type hypertexte. Cette structure établit des liens entre des parties du document. Par exemple entre une table des matières et les différents chapitres, ou entre le texte et des notes concernant ce texte. Ces liens peuvent être établis de manière dynamique selon les besoins du lecteur. Par exemple l'accès à un dictionnaire peut se faire à partir des mots même du texte, par un simple clic. Ces nouveaux modes de lecture sont extrêmement avantageux pour les utilisateurs handicapés visuels puisqu'ils offrent une solution élégante au problème traditionnel de la manipulation de documents volumineux produits en braille. A supposer que l'Encyclopédie Universalis existât en braille, il serait impossible d'en faire un outil de travail au quotidien du fait de son encombrement. Aujourd'hui plusieurs encyclopédies sur CD-ROM sont accessibles aux aveugles grâce à un équipement informatique adapté.

Enfin le document électronique permet de réaliser au sein d'un document des opérations sémantiques relativement complexes : statistiques, recherche ou analyse de sens, résumé ou traduction automatique, …[symantec]

Internet

Internet bénéficie de toutes les innovations apportées par le document électronique qu'il porte à ses limites extrêmes :

Sur le Web désormais, le document électronique peut être téléchargé immédiatement à partir de n'importe point du réseau mondial, de sorte que le Web constitue une bibliothèque gigantesque et multilingue, sans pratiquement aucune limitation physique. Le langage HTML (Hypertext Markup Language) lui-même dérivé de SGML est devenu le standard de codage de documents sur le Web. Des moteurs de recherche gratuits permettent de trouver très rapidement de nombreux sites susceptibles d'apporter des éléments d'information concernant un sujet donné.

Mentionnons aussi l'initiative pour l'accessibilité du Web (WAI - Web Accessibility Initiative) mise en place par le consortium W3C, chargé de gérer à l'échelle mondiale l'évolution d'Internet et des technologies qui lui sont rattachées. Cette initiative à pour objectif de maintenir un niveau d'accessibilité satisfaisant pour les personnes handicapées - aveugles ou malvoyants notamment [2].

Signalons enfin le projet Gutenberg dont l'objectif est de constituer sur Internet une banque de données mondiale du patrimoine littéraire de l'humanité [4].

Demain commence aujourdhui

L'ensemble des innovations dont je viens de rappeler les grandes lignes bouleversent la notion même de document, la manière de le produire et d'y accéder, de le diffuser, ainsi que les moyens de le protéger du pillage commercial ou intellectuel [1]. Les données économiques mêmes sont changées du tout au tout. Le coût d'acheminement d'un document est très largement inférieur au coût d'acheminement des documents sur supports traditionnels ( surtout lorsque ces documents sont volumineux comme peuvent l'être des exemplaires tirés braille). Bien plus, il ne dépend plus de la distance. Il est uniformisé, mondialisé, alors même que le temps nécessaire à cet acheminement devient négligeable. Aussi est-il désormais moins cher de lire le journal Le Monde sur le Web que de l'acheter dans un kiosque [7]. Des maisons d'édition propose sur Internet des fac-similés d'ouvrages rares à des coûts très peu élevés [8]. Des auteurs peu connus peuvent espérer trouver un éditeur électronique, ou publier eux-même leurs ouvrages. D'ici peu les modes de calcul du coût de transmission sera lié au volume d'information transférée plutôt que du temps passé en connexion.

Adapter, transcrire dans le futur

Dès à présent, Internet constitue une source de documentaire et culturelle importante et immédiate pour les personnes aveugles qui peuvent lire le journal avant même sa parution sous forme papier ou télécharger un roman à partir d'une bibliothèque virtuelle. Cela signifie que dans un certain nombre de cas la transcription du documents n'est plus nécessaire, dans la mesure ou elle est réalisée par le système de lecture lui-même. Le système de lecture effectue automatiquement le transcodage qui permet d'afficher en braille les caractères visuels, il peut aussi restructurer le document en s'aidant des indications de structures fournies par le code HTML [6]. L'abrègement peut être une option de personnalisation de l'interface choisie par le lecteur lui-même et non imposée par le concepteur du document comme cela était le cas avec le braille embossé.

Internet permet également rapidement des catalogues de ressources en fédérant les producteurs de ces ressources. Il est tout à fait envisageable par exemple de constituer un catalogue des ouvrages adaptés disponibles sous diverses formes et de le mettre à disposition des usagers sur Interne [4]. Aujourd'hui, il apparaît que la difficulté d'une telle entreprise tient plus au fait de surmonter les immobilismes que de mobiliser les ressources nécessaires

La mise en place d'un tel catalogue pourrait être la première étape d'une certaine mutualisation des efforts d'organismes chargés d'adapter les documents pour des personnes handicapées visuelles [5].

Mais, dira-t-on, si les documents électroniques sont accessibles les centre de transcriptions sont ils appelés à disparaître. Hélas - ou heureusement - non. Certaines missions vont disparaître pour laisser place à d'autres. Bien sûr définir précisément ces nouvelles missions demanderait une réflexion approfondie et cela dépasse mon ambition ici. Je me risquerai néanmoins à proposer quelques pistes de réflexion :

L'adaptation de documents complexes reste nécessaire : éléments non linéaires, tableaux, Adaptation des illustrations (cartes, diagrammes) Test d'accessibilité des documents ordinaires Sensibilisation des auteurs de sites éducatifs aux besoins des élèves ou étudiants handicapés visuels (actions de formation)

Références

Toutes les références données ici sont consultables en ligne sur le Web

Actes du colloque : Les outils télématiques dans l'éducation des handicapés visuels, Paris 2-3 juin 1998 à l'occasion d'AUTONOMIC98

[1] "Droit de copie": Comment empêcher une protection de devenir une barrière, David MANN, RNIB (United Kingdom)

http://www.braillenet.jussieu.fr/ntevh/copyright.htm

[2] Rendre le Web Accessible : le projet WAI, Daniel DARDAILLER, INRIA (France)

http://www.braillenet.jussieu.fr/ntevh/wai.htm

[3] La diffusion sécurisée de documents pour les personnes handicapées visuelles : Le projet SEDODEL, Tom WESLEY, Iain MILLNS, Univ. BRADFORD (United-Kingdom)

http://www.braillenet.jussieu.fr/ntevh/secure.htm

[4] L'intégration des livres en ligne de Gutenberg dans le catalogue TESTLAB autrichien

Franz BURGER, Klaus MIESENBERGER, Gerold WAGNER, Univ. LINZ (Autriche)

http://www.braillenet.jussieu.fr/ntevh/integration.htm

[5] Faisabilité d'un centre de documentation en réseau, Florence MOREL-LAB, Marc OLLIER, EREADV Villeurbanne

http://www.braillenet.jussieu.fr/ntevh/faisabilite.htm

[6] BrailleSURF une interface HTML NonVisuelle, Djamel HADJADJ, Dominique BURGER, INSERM

http://www.braillenet.jussieu.fr/ntevh/braillesurf.htm

Autres sites cités

[7] Journal Le Monde

http://www.lemonde.fr

[8] Editions électroniques 00h00

http://www.00h00.com


Début de la page