Accueil B.Mol Gen T.P Web
Les textiles d'origine végétale
11-Le chanvre (historique)

 

Le chanvre, Cannabis sp., famille des Cannabinaceae, est une plante annuelle herbacée à feuilles palmées. Cannabis sativa est cultivé pour sa tige (fibre textile), ses graines (chènevis pour les oiseaux et huile). Le chanvre indien, Cannabis indica, est utilisé pour sa fumée hallucinogène. En fait, il s'agit seulement de deux variétés qui diffèrent par la teneur en substances psychotropes. Le principe actif est le tétrahydrocannabinol qui va de 0 à 0,2 % pour les variétés autorisées à plus de 10% pour les variétés utilisées comme drogue.

La culture du chanvre, sous contrat de production, autorisée avec des variétés certifiées "non drogue", est soumise à déclarations officielles dans le cadre de la réglementation de la culture du chanvre en France. La réglementation diffère dans d'autres pays où le tétrahydrocannabinol entre dans la composition de médicaments analgésiques particulièrement efficaces contre les douleurs intenses dues à la sclérose en plaques et à certains cancers.

Teneur en substances psychotropes (cannabinol)
des variétés de chanvre
en % de matière sèche

Variétés textiles autorisées
Cultures traditionnelles
avant règlementation

Plants pour haschich

0 à 0,2 %

Environ 2 %
10 à 20 %
 

Le gouvernement helvétique a interdit aux agriculteurs suisses, à partir du 1er mars 2005, de donner du chanvre à consommer à leurs vaches, chèvres ou moutons afin de préserver la réputation et la qualité du lait suisse. En effet, dans le chanvre industriel utilisé comme fourrage, on retrouve des traces de tétrahydrocannabinol.

Nous nous intéresserons dans ce document uniquement à la variété cultivée pour ses fibres textiles.

Plants de chanvre.
(Clichés La Chanvrière de l'Aube)
 

Le chanvre est originaire d'Asie centrale et s'est répandu vers la Chine, toute l'Asie et le bassin méditerranéen. Dès le Vème siècle avant J.C., ses propriétés psychotropes étaient connues. En Chine, on le cultive depuis environ cinq mille ans av. J.C. pour l'alimentation, la pharmacopée et la confection de vêtements, puis plus tard pour la fabrication de papier.
Chrétien de Troyes en parle dans le roman de Perceval (XIIIème siècle) : "... ma bonne grosse chemise de chanvre ...". Les lieux dits "chenevières" ou "canebières" en sont témoins avec leur étymologie commune venant de l'ancien français : cheneve, chanvre.
Les cultivateurs de la Sarthe ont connu, avec le chanvre, une période prospère de plusieurs siècles. L'apogée de cette culture eut lieu au XVIIIème siècle. Le Haut Maine produisait alors 4 300 000 livres de chanvre, devant l'Anjou et la Touraine. Le Bas Maine en produisait aussi mais se consacra plutôt à la culture du lin. D'autres régions le cultivaient : la Bretagne, la Bourgogne, la région de Lyon, le Poitou et l'Auvergne pour un total 176 000 hectares en France. Actuellement, les cultures se limitent à 8 000 hectares environ.

Un four à chanvre dans la Sarthe (Cliché Paule Marie Jullien). On distingue les deux entrées : une porte au rez de chaussée pour alimenter le feu, une porte plus haute pour remplir de chanvre la chambre de séchage.


Au XVIIIème siècle, le chanvre sert à fabriquer des toiles pour la maison, les vêtements. La filature est souvent réalisée à la maison à l'aide d'une quenouille. Les plus beaux fils sont utilisés pour les draps et les vêtements. A cette fin, ils sont blanchis dans de l'eau bouillante versée sur des cendres (opération répétée plusieurs fois). Avec les déchets de filasse, on fait du linge grossier de cuisine et des sacs. La marine à voiles constitue un débouché primordial : les voiles et la corderie ; un navire à voiles portait plusieurs tonnes de cordages de chanvre.
A la suite de la création de l'arsenal de Rochefort par décision de Colbert en 1661, une corderie royale fut construite et achevée en 1669. Il fallait de nombreux ouvriers, du matériel robuste et le savoir-faire du Maître Cordier pour fabriquer les lourds cordages des navires dont le diamètre pouvait dépasser vingt centimètres.

La Corderie royale de Rochefort.
La page de garde de l'ouvrage de Duhamel de Monceau
"L'Art de la Corderie", première édition1747, seconde édition complétée 1769.
Cordage de chanvre.
Pelote de ficelle de chanvre de fabrication artisanale,
filé dans une ferme de l'Aveyron au XIXème siècle.
 

La culture s'est particulièrement développée dans la Sarthe, région du Mans. C'est une culture peu exigeante, peu parasitée sauf parfois par les orobanches (plantes parasites des racines d'autres plantes). Elle étouffe les mauvaises herbes et peut être faite sur des terres à blé qui sont alors rendues propres et libérées pour septembre.
La fabrication pour la marine entraîne la culture de variétés grossières et robustes. En conséquence, le chanvre français grossier et cassant va être détrôné par des chanvres importés de meilleure qualité ainsi que par des textiles exotiques qui arrivent sur le marché en quantité dès la fin du XIXème siècle.
Actuellement, sa culture a pris un nouvel essor vers 1970 et perdure dans la Sarthe, dans l'Aube et dans leurs départements limitrophes ainsi que dans certains départements de Bretagne, et de l'Est. La production française constitue 50% de la production européenne (22 000 tonnes environ par an).


 

Michèle Mosiniak, Roger Prat.
Nous remercions vivement La Chanvrière de l'Aube de nous avoir autorisés à utiliser les photographies de son site internet, ainsi que l'Association Sauvegarde des fours à chanvre et M. Roger Malassigné de Thoigné dans la Sarthe.
Chanvrière de l'Aube :
http://www.chanvre.com
Sauvegarde des fours à chanvre :
http://www.sarthe.com/chanvre/
Dernières modifications : 23 mai 2005
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR de Biologie