Accueil B.Mol Gen T.P Web
Les textiles d'origine végétale
08-La fibre de lin

La formation des fibres se fait tout au long de la croissance de la plante en périphérie des tissus conducteurs. Une tige comporte trente à quarante faisceaux de fibres disposés longitudinalement. Un faisceau (nommé en filature "fibre technique") est composé de dix à quarante fibres, il peut renfermer une certaine proportion de lignines (2 à 5% de la matière sèche) déposées en fin de maturation essentiellement au niveau des lamelles moyennes. Chaque fibre est une seule cellule très allongée de 6 à 10 centimètres, et d’un diamètre de 7 à 40 μm, composée de 70 à 80 % de cellulose.

Portion d'une coupe transversale de tige de lin vue au microscope optique montrant les fibres à parois épaisses en périphérie des tissus conducteurs (x 200). Les fibres sont en phase d'élaboration de la paroi secondaire.
La croissance des fibres se fait en deux temps :
    • une croissance primaire apicale qui amène la fibre à sa longueur définitive ;
    • une croissance secondaire qui augmente l’épaisseur de la fibre qui devient beaucoup plus épaisse qu’une fibre de coton avec un lumen plus étroit, et qui, de ce fait, ne vrille pas. Pour l'industriel, un petit lumen est un signe de qualité. La fibre de lin montre des zones de stries légèrement renflées, ce sont les genoux qui sont des points de faiblesse de la fibre, cause de la froissabilité du tissu.

    12 jours
    50 jours
    98 jours
    Tige de lin, coupes transversales montrant l'épaississement de la paroi des fibres en fonction du nombre de jours de maturité de la plante et la disparition presque totale du lumen (Clichés Azeddine Driouich)

La synthèse de cellulose est maximale au moment de la floraison et se poursuit pendant la fructification ; elle dure de deux à quatre semaines pour une fibre donnée.

Faisceau de fibres dans une tige de lin, coupe transversale. Microscopie électronique à transmission (MET).

Vue en coupe transversale d'une fibre pendant le remplissage cellulosique (paroi secondaire) (MET).
Au cours de la synthèse de cellulose, le lumen se réduit progressivement. Les dépôts récents de cellulose (à l'intérieur) sont fortement réactifs aux tests des polysaccharides.

La fibre de lin a une structure en trois couches assez semblable à celle du coton :
Paroi de fibre de lin. A gauche, en microscope électronique à transmission. Coupe transversale : lamelle moyenne (plus sombre), paroi primaire mince et paroi secondaire très épaissie, on distingue les microfibrilles cellulosiques. A droite, schéma explicatif.
Détail de la transition S2-S3.

Section transversale de la paroi d'une fibre de lin.
(du bas vers le haut, on observe : le lumen, les 3 couches de la paroi secondaire (S1, S2, S3) et la paroi mitoyenne

Détail de la transition S1-S2.
L'orientation des fibrilles dans les différentes couches subit des variations plus ou moins chaotiques qui aboutissent à la formation de pliures ou "genoux".
 

Fibre montrant la succession des genoux.
(microscope polarisant)

Fibres montrant des genoux :
flexion et flambage (déformation latérale d'une pièce longue soumise à un effort de compression). MEB.

 

Michèle Mosiniak, Roger Prat.
Nous remercions M. le Professeur Azeddine Driouich, Directeur du Centre Commun de Microscopie Electronique (CCME), Université de Rouen pour ses clichés de coupes transversales de tige de lin en croissance.
Dernières modifications : 23 mai 2005
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR de Biologie