Accueil B.Mol Gen Web
icone-protoplaste
Les Protoplastes
page précédente
12-L’hybridation somatique
page suivante

Il ne s’agit pas seulement d’obtenir des fusions inter-spécifiques ou inter-génériques mais d’obtenir à partir de ces fusions la construction d’hybrides somatiques viables c’est à dire de plantes contenant les gènes des deux plantes « mères » capables ensuite de se reproduire en conservant ces qualités hybrides.

Une démonstration de cette possibilité a été effectuée par Carlson en 1972.

Il a utilisé des plants de Nicotiana glauca et de Nicotiana langdosfii, deux espèces du même genre (Nicotiana) de la famille des Solanacées.

1-On sait cultiver in vitro les tissus de ces deux plantes, obtenir des cals puis régénérer des plantes in vitro mais les besoins en hormones de ces cultures in vitro sont différents. N.glauca ne se développe qu’en présence d’auxine  et N.langdosfii qu’en présence d’auxine et de kinétine.

2-On sait obtenir par la voie sexuée des hybrides entre ces deux espèces n+n’ (=12+9) mais pour que cet hybride soit viable (pouvant réaliser la reproduction sexuée) il faut doubler le nombre chromosomique et obtenir un hybride amphi-diploïde 2n+2n’ (=24+18). La culture in vitro de tissus de cet hybride ne nécessite l’adition d’aucune hormone.

On pourra ainsi comparer des hybrides somatiques obtenus par fusion avec cet hybride sexué.

3-Carlson mélange des protoplastes obtenus à partir de ces deux plantes, utilise les techniques qui permettent des fusions puis cultive l’ensemble de ces populations sur un milieu sans hormone qui ne permet pas la prolifération de cellules de N. glaucum et de N. langdorsfii.
Il obtient alors quelques cals qui se développent et régénèrent des plantes entières et qui ne peuvent être qu’hybrides.

4-Les plantes issues de ces cals montrent une parfaite resseblance avec les plantes hybrides obtenues par la reproduction sexuée.

La "Pomate"

Une hybridation spectaculaire a été réalisée par MELCHERS en 1978. Il a fusionné des protoplastes de tomate (Solanum esculentum) et de pomme de terre (Solanum tuberosum). L'hbride obtenu a été nommé "Pomate" mais il a fallu quelques années pour que cet hybride devienne stable. Malgré tout, ces résultats intéressants sur le plan biologique n’ont pas été convaincants sur le plan agronomique. Les fusions de protoplastes se sont plutôt orientées vers des résultats moins spectaculaires mais qui permettaient une amélioration de la qualité des plantes.

page précédente
page suivante

 

auteur de la page : Roger Prat

Bibiographie sommaire:
CARLSON P.S. et coll., 1972. Parasexual inter-smecific hybridisation. Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. 69, 2292-2294.
MELCHERS G. et coll., 1978. Somatic plants of potato and tomato regenered from fused protoplasts. Carlsberg Res Comm 1978, 43, 203-18.

Pour nous contacter :

contact mail


Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie