Accueil B.Mol Gen Web
La paroi primaire de la cellule végétale
 
La technique de l'ombrage et la théorie de la multinet
 

Au début de la microscopie électronique, les polysaccharides n'apparaissaient pas avec les technniques classiques qui contrastaient essentiellement les protéines. Les techniques d'ombrage métallique, au contraire, étaient bien adaptées car elles mettaient en relief les fibrilles de cellulose.

Paroi primaire en ombrage.
On observe les fibrilles dont l'orientation apparaît dispersée.
Pour voir cette photographie agrandie
(640x480 - 96KO)

 

Ces techniques faisaient apparaître une architecture irrégulière dans laquelle les fibrilles étaient plus ou moins croisées entre elles. Ces observations ont permis de concevoir une théorie de croissance dans laquelle la paroi avait un rôle passif (hypothèse de la multinet growth, de l'anglais net, filet).

Les fibrilles sont déposées en mode dispersé. le réseau se redresse passivement au cours de la croissance.
Au fur et à mesure de la croissance, les couches récentes se déposent de la même manière alors que le réseau fibrillaire des couches anciennes se redresse. Le rectangle bleu représente la membrane plasmique.
 
Un détail d'une portion du schéma précédent dans lequel les différentes strates sont observées en superposition.
A droite, une transformation graphique (Photoshop 6). Les fibrilles apparaisent en relief mais les différents plans sont peu distincts.
 

Critique : pour mettre en évidence la charpente fibrillaire, il est nécessaire de la dégager de la matrice et de la dissoudre. Une extraction drastique des pectines et des hémicelluloses est appliquée par la soude par exemple. Dans ces conditions, la position observée des fibrilles n'est pas la position d'origine.

D'autres techniques comme la cryo-dessication et surtout la cytochimie ont permis d'affiner ces observations :

Revoir :

 

[Haut de la page]

Roger PRAT, Michèle MOSINIAK, Jean-Claude ROLAND
 
Pour nous contacter :

contact mail


Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie