Accueil B.Mol Gen Web
Le papyrus
Restauration

Le plus ancien papyrus connu à ce jour est un rouleau vierge découvert dans la tombe d'un dignitaire de la première dynastie, Hemaka, à Saqqara en Egypte, datant d'environ 3100 av.JC. Les plus anciens papyrus connus portant un texte en écriture hiératique (écriture cursive dérivée des hiéroglyphes) sont des archives provenant de Gebelein, d'environ 2500 av.JC. et conservées au British Museum.
Le bassin méditerranéen étant le lieu d'une intense activité commerciale, il est probable que l'usage du papyrus se soit précocement répandu. En tous cas, au VIème siècle av.JC., le papyrus était d'usage courant dans tout le monde grec. Jusqu'au Moyen Age, il fit l'objet d'un commerce très actif dans l'ensemble des pays méditerrranéens et fut utilisé par la chancellerie papale très tardivement (XIème siècle).

La majeure partie des papyrus fut retrouvée en Egypte où le climat chaud et sec favorisait leur conservation. Ils ont été trouvés dans le sol, dans des tombes, dans des boîtes, dans des jarres. Ils sont écrits principalement en hiéroglyphes, en égyptien hiératique et démotique, en grec, en copte, en araméen et en latin. Ils sont conservés dans des lieux très dispersés (musées, bibliothèques, instituts, etc.), ce qui complique leur étude.
Certains ont été utilisés à fabriquer des cartonnages constituant la parure funéraire. Les couches de papyrus étaient superposées après avoir été enduites de colle et de craie pour réaliser des pièces rigides moulées à la forme désirée, puis enduites de stuc et peintes. Les égyptologues et archéologues en ont démonté une grande quantité de façon à retrouver des oeuvres littéraires et des documents ainsi préservés.

 

   
cartonnage cartonnage démonté afin de lire les textes

 

 

Ont été également étudiés : les encres, les pigments, l'usage de la feuille d'or, l'usage d'un liant pour les peintures, ainsi que les instruments du scribe, c'est-à-dire les calames, les palettes, les petits pots et petits sachets de rangement.

 

       
calame encre palette pots

 

 

 

Conservation et restauration

Les papyrus sont très fragiles car les lignines se dégradent au cours du temps et le document devient friable. L'habitude avait été prise en restauration de doubler les documents ; on préfère actuellement éviter cette méthode et conserver le papyrus intègre entre deux plaques de verre.

La restauration d'un papyrus comporte plusieurs phases :

Nettoyage.
Les papyrus trouvés lors de fouilles doivent être débarassés de la terre, du sable et des résidus qui les salissent. Ils sont brossés délicatement dans le sens des fibres en vérifiant cette opération au microscope, et si nécessaire grattés au scalpel. Il faut faire attention à ne pas casser la feuille au niveau des plis.

 

   
papyrus tel que découvert lors des fouilles nettoyage

 

 

Déroulage.
Un apport d'humidité est nécessaire mais il faut tester si l'encre se délave ou non. Si, par chance, l'encre résiste à l'eau, le papyrus peut être immergé rapidement de façon à juste l'assouplir. Ceci se fait sur un support lisse, souple et résistant. Des pinces à bouts lisses sont utilisées. Un document écrit sur une seule face peut être posé sur une feuille de papier Whattman humide. Si le document est écrit sur les 2 faces, un matériau non absorbant est nécessaire, tel qu'une feuille de polyéthylène ou de téflon.
Si l'encre est sensible à l'eau, l'opération devra se faire en chambre humide durant plusieurs heures avant de déplier le papyrus sur une feuille de polyéthylène ou téflon. En cas d'extrême sensibilité à l'eau, le papyrus peut être déplié presque à sec avec simplement usage d'un mélange d'eau et d'éthanol passé au pinceau sur les plis. La partie dépliée est mise sous presse sous une plaque de verre.

 

     
étapes du déroulage d'un papyrus

 

 

Consolidation
Une fois le nettoyage et la mise à plat éffectués, le papyrus doit être consolidé. La consolidation doit rendre au matériau sa cohérence et, partiellement, sa souplesse. Le produit utilisé doit respecter les couleurs et l'aspect du papyrus.
Exemple d'un produit donnant de bons résultats : la colle japonaise de funori, adhésif préparé à partir d'algues. Le funori se vend sous forme de paquets de filaments d'algues enchevêtrés. Il faut prélever la quantité désirée de funori, la mettre à gonfler dans l'eau froide, puis chauffer la préparation jusqu'à ébullition. Le mélange refroidi est ensuite filtré et appliqué au pinceau (avec un papier mousseline intercalé laissant passer la colle) ou vaporisé. Après un premier séchage à l'air, le document protégé par deux feuilles d'intissé, puis deux feuilles de papier buvard, est mis sous presse. Cette colle améliore la résistance mécanique du support.
Des résultats comparables sont obtenus avec des carraghénanes du commerce.

 

     
étapes de la consolidation d'un papyrus

 

 
h575 b atelier de restauration du Louvre

 

 

Taches
Les taches brunes peuvent être dissoutes avec circonspection par l'acétone sous hotte et absorbées par des feuilles de papier buvard changées plusieurs fois.

 

Assemblage du "puzzle"
Bien souvent, un papyrus est retrouvé en plusieurs morceaux qu'il faut assembler après les traitements ci-dessus. Sur une table lumineuse, la structure de ce matériau donne de précieuses indications pour le réassemblage, il faut rechercher les morceaux qui se "raccordent" tels des étiquettes à code barre qui auraient été déchirées. De fines lanières de papier japonais fin sont légèrement encollées et disposées perpendiculairement à la déchirure, maintenues par de petits poids.

 

     
assemblage des morceaux d'un papyrus

 


Parfois, un doublage général est nécessaire, il est possible d'employer du papier japonais gampi 12g encollé, puis l'ensemble est mis sous presse.

 

Problème du dépôt de cristaux de sel
Des formations blanchâtres apparaissent parfois en surface des papyrus ou sur les vitres qui les protégent, il s'agit de chlorure de sodium venant du sol où les papyrus ont été trouvés. Le restaurateur peut tout simplement décoller les cristaux délicatement sous loupe binoculaire.

 

Altérations microbiologiques
Des microorganismes peuvent se développer dans les papyrus et les détériorer mais ils sont généralement présents avant l'entrée dans les collections des musées. Si les conditions de conservation sont bonnes et stables (en particulier l'hygrométrie), le papyrus ne fournit pas un terrain très favorable aux micro organismes.
Un brossage au pinceau doux suffit généralement à nettoyer la partie contaminée.

 

Altérations macrobiologiques
Les insectes se délectent des papyrus et il faut soigneusement les en débarasser à l'entrée dans une collection.

 

A Paris, deux importantes collections existent : celle de l'Institut de Papyrologie de la Sorbonne et celle du Département des Antiquités Egyptiennes du Musée du Louvre. Elles doivent pouvoir être exposées au public ou consultées par les étudiants et chercheurs de manière aisée, ce qui pose la question de leur rangement et de leur protection.
Les papyrus de petit et moyen format inscrits sur une seule face peuvent être montés entre carton et verre, système relativement léger. Si les deux faces sont inscrites, il faut utiliser deux plaques de verre maintenues par des profilés en caoutchouc.
Pour les papyrus de grand format (plus de 80 cm de long), un montage souple, rigide et léger doit être effectué. Il est alors bon de remplacer le verre, trop lourd, par des plaques de polymère synthétique maintenues par un cadre en aluminium.


auteurs
commentaires
Pour nous contacter :

contact mail


Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie