Accueil B.Mol Gen T.P Web
Développement des échinodermes
Les larves d'échinodermes

1 - Chez l'oursin
Chez l'oursin, au moment où l'archentéron entre en contact avec l'épiderme pour former la bouche, son extrémité antérieure bourgeonne une vésicule coelomique qui se divise en sacs coelomiques droit et gauche. Celles-ci se placent de manière symétrique de chaque côté du tube digestif (Fig.51, 52).

Figure 51. Détail d'un pluteus en vue latérale droite.
Figure 52. Pluteus face ventrale, coloré pour mettre en évidence le coelome

Chaque vésicule coelomique subit une métamérisation en trois parties ; antérieure, intermédiaire et postérieure. Les vésicules coelomiques postérieures entourent la poche stomacale pour former le coelome gastrique. La vésicule coelomique intermédiaire gauche prend le nom d'hydrocoele (à l'origine du système aquifère de l'adulte), alors que l'équivalent droit subit une forte réduction. La vésicule coelomique antérieure gauche bourgeonne un canal qui se dirige vers l'épiderme et débouche sur le milieu extérieur. Il s'agit du canal madréporique.
Parallèlement, une connexion s'établit entre le coelome antérieur gauche et l'hydrocoele par la formation d'un canal mettant en communication les deux vésicules. Il s'agit du futur canal du sable. Enfin, l'épiderme au contact de l'hydrocoele s'invagine et ébauche une poche destinée à englober l'hydrocoele (Fig.53). Par analogie avec les mammifères, on donne à cette structure le nom d'amnios. C'est à partir de cet ensemble que s'effectura la métamorphose de l'oursin.

Figure 53. Schéma de pluteus avec l'emplacement des vésicules coelomiques.

La poche amniotique ainsi formée avec les dérivés coelomiques prend le nom de sac échinien. A l'intérieur, l'hydrocoele évolue en anneau et bourgeonne cinq diverticules. L'ensemble devient pentagonal et c'est, à partir de cette structure, que le jeune oursin s'édifie. En dehors du sac échinien, l'estomac, les coelomes antérieur et postérieur gauches ainsi que l'ectoderme dorsal du pluteus participent à cette métamorphose.
En conséquence, alors que la métamorphose se poursuit, le pluteus porte en lui un jeune oursin miniature garni de quelques piquants et de cinq podia primaires. Puis la cavité amniotique s'ouvre, le reste du pluteus non utilisé pour la métamorphose est ingéré par le jeune oursin. Enfin, à mesure que l'ensemble s'alourdi par le squelette calcaire en formation ainsi que par les premiers piquants, l'oursin descend vers le fond marin (Fig.54).

Figure 54. Achèvement de la métamorphose. (D'après Mc. Bride, 1914, Textbook of Embryology.)

2 - Chez les autres échinodermes

A titre de comparaison nous ne verrons que les trois autres groupes, ophiurides, holothurides et astérides, Dans ces groupes, le plan fondamental de la métamorphose est similaire à celui de l'oursin malgré quelques modalités spécifiques (Fig.55).
La métamorphose de la larve auricularia a été plus particulièrement étudiée dans la page suivante : métamorphose de la larve auricularia.

Figure 55. Filiation jusqu'à la métamorphose des formes larvaires à partir de la larve dipleurula, dans quatre des cinq groupes d'échinodermes. Cliquer sur les trois dernières lignes afin de voir les légendes.

(D'après J. Müller, 1850, Abh .Acad. Wiss. Berlin, revu par Dawydoff, 1928, Traité d'Embryologie comparée des Invertébrés, Masson et Cie, Ed., repris par G. Trégouboff et M. Rose, 1957, Manuel de planctonologie méditérranéenne, CNRS, Paris., complétée avec des images tirées de T. Mortensen, 1898, Die Echinodermen and Larven der Plancton Expedition, verlag von Lipsius und Tischer, Kiel und Leipzig.



 

 

Michel Delarue
 
Dernières modifications : 20 octobre 2004
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie