Accueil B.Mol Gen Web
 
Les mouvements des végétaux
Les thigmonasties

Ces mouvements sont dus à des variations différentielles de turgescence mais ce sont des mouvements actifs, réversibles en réponse à une stimulation de l'environnement. Le sens du mouvement dépend essentiellement des caractéristiques de l'organe et est indépendant de la direction du stimulus. Le stimulus est ici un choc. Pour les plantes étudiées, un phénomène électrique comparable à un potentiel d'action est généré au niveau du stimulus et se propage jusqu'au lieu de la réponse.

Deux plantes présentent de tels phénomènes remarquables :

La capture d'insectes par les feuilles de Dionée gobe-mouche

Le mécanisme est assez semblable à celui des mouvements de la sensitive, mais dans ce cas on en comprend très bien la signification et l'intérêt pour la plante. Les plantes carnivores se sont développées dans des lieux où pour différentes raisons (acidité du milieu par exemple) la nutrition azotée est un facteur limitant. Le mouvement rapide de fermeture des folioles se réalise dans une situation où :

  • les folioles ouvertes représentent un leurre pour les insectes (nectar),.
  • les folioles fermées se disposent en forme de "cage" qui emprisonne l'insecte,
  • le stimulus ne se déclenche qu'au niveau de pois sensibles disposés au milieu des folioles,
  • le piège refermé, des glandes digestives secrètent des enzymes qui digèrent les parties consommables de l'insecte,
  • le piège reste fermé s'il y a une proie mais se rouvre si la fermeture était due à un choc sans intérêt.
Dionéé
Dioneae
Dionée ouverte
mâchoire de dionée
Quatre étapes de la fermeture d'une feuille de dionée après stimulation expérimentale de ses poils sensibles.

Pour voir ce phénomène en vidéo :

  • séquence A : faible définition, 160x120 pixels, 96 KO
  • séquence B : meilleure définition, 320x240 pixels, 1,4 MO.

Ensuite, la stimulation due à la capture se traduit par une secrétion d'enzymes hydrolythiques qui digèreront en partie le cadavre de l'insecte. Le mouvement de réouverture est toujours lent, une journée si la stimulation n'a pas permis la capture (par exemple, une stimulation expérimentale), beaucoup plus longtemps si le mécanisme de digestion est enclenché.

Pour en savoir plus : un dossier complet sur l'ensemble des plantes carnivores.

Les mouvements des feuilles de sensitive

La plante entière est sensible à différents stimuli. Les feuilles se replient la nuit et se déploient le jour : c'est une nyctinastie ou mouvement de veille et de sommeil. La plante est aussi capable de replier ses feuilles en cas de stimulations brutales variées, un choc sur une foliole mais aussi, expérimentalement, une goutte d'eau glacée, la brûlure d'une cigarette, une stimulation électrique, etc. Dans tous ces cas, le stimulus, traumatique (lésion) ou non lésant produit la formation d'un signal électrique qui se propage le long de la plante à plus ou moins grande distance selon l'intensité du stimulus. C'est cette onde électrique qui ressemble à un potentiel d'action nerveux qui produira au niveau des pulvinus une variation de turgescence responsable du mouvement de repliement de la feuille ou de ses folioles. Le mouvement peut être extrêmement rapide, de l'ordre du cm / seconde. On ne comprend pas bien la signification de ce mouvement remarquable ni son "intérêt" pour la plante.

 feuilles de sensitive
mimosa pudica
feuille de mimosa pudica
sensitive
Le pincement a provoqué une réaction qui se traduit par le repliement progressif de toutes les folioles d'un pétiole secondaire.

Pour voir ce phénomène en vidéo :

1 ère vidéo : la propagation du phénomène dans une foliole
séquence A : faible définition,160x120 pixels, 93 Ko
séquence B
: meilleure définition, 320x240 pixels, 287 Ko

2 ème vidéo : la propagation du phénomène dans le pétiole et les autres folioles
séquence A : faible définition,160x120 pixels, 62 Ko
séquence B : meilleure définition, 320x240 pixels,190 Ko

Pour plus d'informations sur la mise en évidence expérimentale de ce mouvement et les phénomènes électriques qui l'accompagnent, voir le dossier "Sensitive".


J.P. Rubinstein et R. Prat
 
Pour nous contacter :

contact mail


Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie