Accueil B.Mol Gen Web
 
Les mouvements des végétaux
Ouverture et fermeture de la feuille d'oyat

Ces mouvements sont dus à des variations différentielles de turgescence mais ce sont des mouvements actifs, réversibles en réponse à une stimulation de l'environnement. Le sens du mouvement dépend essentiellement des caractéristiques de l'organe et est indépendant de la direction du stimulus. Le stimulus est ici le degré d'hydratation du milieu. Pour une plante terrestre, c'est l'hygrométrie de l'atmosphère. Il est parfois difficile de distinguer ce type de mouvement de mouvements passifs d'hydratation ou de turgescence.

Section transversale de feuille d'oyat
Section transversale de feuille d'oyat
Section transversale de feuille d'oyat (Ammophila arenaria (L.) Link (= Psamma a.) (Graminées)) en position "fermée". La section a été colorée par un mélange de carmin et de vert d'iode.
portion de section transversale de feuille d'oyat.
portion de section transversale de feuille d'oyat.
Détail d'une portion de section transversale de feuille d'oyat.

On peut schématiser ainsi l'anatomie particulière de la feuille d'oyat.

section transversale de feuille d'oyat "in vivo"
section transversale de feuille d'oyat schéma

A gauche : section transversale de feuille d'oyat "in vivo", sans coloration. A droite, schéma explicatif.

La zone externe est sclérifiée. Elle comprend un épiderme à cuticule épaisse et un parenchyme sclérifié. Elle est élastique mais non sensible aux variations d'hygrométrie. La zone interne est particulièrement hydrophile. Elle comprend un épiderme à cuticule fine pourvu de stomates, un parenchyme assimilateur chlorophyllien à parois cellulosiques et de grandes cellules bulliformes à parois cellulosiques. Les faisceaux vasculaires entourés de parenchyme sclérifiés sont parallèles entre eux comme chez la plupart des monocotylédones.

Grâce à cette anatomie particulière, la feuille est susceptible de se dérouler latéralement ou de se refermer selon le degré d'hygrométrie du milieu.

Une section épaisse de feuille d'oyat est observée transversalement. Elle était placée au début dans une atmosphère humide. Elle est observée "à sec" sous le microscope. Sous l'effet de la sécheresse provoquée par une lampe, elle se roule progressivement sur elle-même.

Pour voir ce phénomène en vidéo :

  • séquence A : faible définition, 160x120 pixels, 160 KO,
  • séquence B : meilleure définition, 320x240 pixels, 685 KO.

Il est possible de réaliser un modèle qui permet d'expliquer le fonctionnement de la feuille d'oyat. On utilisera un carton ondulé d'emballage. Le carton lui-même, très hydrophile, jouera le rôle des tissus cellulosiques. De la peinture acrylique, hydrophobe, mimera les zones sclérifiées (zone externe et axe des côtes). Des brochettes joueront le rôle des faisceaux conducteurs parallèles. Seuls les poils n'ont pas été modélisés.

On utilise une plaque de carton ondulé.
Le centre des ondulations est peint avec de la peinture acrylique.
Le carton est roulé.
L'extérieur du cylindre est peint à la peinture acrylique.
Des brochettes en bois sont enfilées dans les espaces du carton.
Le modèle est prêt. On peut enlever l'agrafe.
Le modèle conserve sa forme quand il est sec. Légèrement humidifié, il se déroule lentement.

Pour voir ce phénomène en vidéo :

  • séquence A : faible définition, 160x120 pixels, 47 KO,
  • séquence B : meilleure définition, 320x240 pixels, 105 KO.


J.P. Rubinstein et R. Prat
 
Pour nous contacter :

contact mail


Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie