Accueil B.Mol Gen T.P Web
Génétique
Dominance du phénotype mutant

Lorsqu'on établit une nouvelle souche mutante, son phénotype est différent de celui de la souche de référence.
Quelles sont les relations de dominance / récessivité entre les deux phénotypes?

  • Rien ne permet de le prévoir, seule l'observation d'un organisme diploïde hétérozygote donnera la réponse.
  • Intuitivement, on pense plutôt à un mutant qui a un gène invalidé, par conséquent la protéine correspondante n'est plus fonctionnelle et le phénotype mutant est récessif devant le phénotype sauvage.

Ce didacticiel demande le plugin Flash que vous pouvez vous procurer gratuitement.

Le cas classique de dominance.
Cliquer sur l'image pour voir l'animation.

Et pourtant il existe de nombreux mutants dont le phénotype est dominant sur le phénotype sauvage. S'il en est ainsi c'est que le mutant fabrique une protéine mutante qui empêche la protéine sauvage de fonctionner normalement pour rétablir le phénotype sauvage chez l'hétérozygote.

Plusieurs mécanismes sont susceptibles de produire des phénotypes mutants dominants sur le phénotype sauvage.

1. Une activité enzymatique est exercée par une enzyme polymérique.
Si l’inactivation d’une des sous unités inactive le polymère enzymatique, le phénotype mutant sera dominant sur le phénotype sauvage.

Premier cas : des enzymes polymériques.
Cliquer sur l'image pour voir l'animation.

2. D’autres cas particuliers produisent les mêmes résultats :

La protéine est impliquée dans la régulation de l’expression d’un autre gène.

L’allèle mutant produit une protéine dont certaines propriétés sont modifiées.

Deuxième cas : régulation de l'expression d'un autre gène.
Cliquer sur l'image pour voir l'animation.

 

3. Une Hypothèse prometteuse : l’allèle mutant empêche l’expression de l’ARNm de l’allèle sauvage

Troisième cas : l'allèle mutant empêche l'expression de l'ARNm de l'allèle sauvage.
Cliquer sur l'image pour voir l'animation.

Conclusion

Nous venons d'explorer différents mécanismes par lesquels un phénotype mutant peut être dominant sur le phénotype sauvage. Cette revue n'est pas exhaustive. Chaque cas est particulier  et demande une étude spécifique. Néanmoins, en règle générale, l'allèle muté doit coder un produit capable d'interférer avec le produit de l'allèle sauvage pour le rendre non fonctionnel.

Ce produit peut être :

  • une protéine 
  • un ARN.

Le didacticiel "Mutant" est le quatrième de la série. Cliquez ci-dessous pour compléter votre information.

dominance
Monique Masselot
 
Dernière modification : 21 juin 2005
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie
- UFR de Biologie