Accueil B.Mol Gen T.P Web
L'espace gazeux des végétaux
Tige de Jonc

La moëlle de la tige de Jonc (Juncus species) représente un cas remarquable de morphogenèse cellulaire. Ce parenchyme médullaire est un aérenchyme formé de cellules étoilées maintenant entre elles un espace gazeux ouvert et continu. Il faut remarquer que le Jonc n'est pas une plante aquatique, il a seulement les pieds dans l'eau. On remarque d'ailleurs que pour plusieurs critères, la structure corticale externe se rapproche de celle d'une plante adaptée à un milieu sec (parenchyme externe sclérifié, épiderme à cuticule épaisse, ...).
Coupe transversale d'une tige de jonc
Coupe transversale d'une tige de Jonc. On remarque en périphérie de nombreux faisceaux cribrovasculaires primaires regroupés en plusieurs cercles concentriques. Ceci représente une structure typique de monocotylédone. Le parenchyme médullaire est entièrement formé de cellules de forme étoilée.
 
Détail de l'aérenchyme de la tige de jonc
Détail de l'aérenchyme de la tige de Jonc. Les cellules ont toutes une forme d'étoile à six branches. Même photographie en négatif pour mieux faire apparaître l'espace gazeux intercellulaire.
Aérenchyme de la tige de jonc
MEB Aérenchyme de la tige de jonc
Détail à plus fort grossissement. On constate qu'il s'agit d'une organisation spatiale complexe. En faisant varier progressivement la mise au point, on verrait que chaque cellule est jointive par trois de ses branches à trois cellules situées au dessus et par trois autres branches alternées, à trois cellules situées en dessous. L'image obtenue en microscopie électronique à balayage à droite (cliché J.C. Roland) donne une idée plus précise de l'organisation tridimensionnelle.

La forme complexe et régulière de ces cellules étoilées est le résultat d'une morphogenèse cellulaire complexe :

Les cellules sont polyédriques au moment de leur formation. Sur chacune des faces mitoyennes entre deux cellules, les parois s'allongent provoquant la formation de méats triangulaires. Le phénomène se poursuit. La croissance des six bras provoque l'éloignement des corps cellulaires et accompagne la croissance de la moëlle de l'organe.
La croissance est terminée. Les cellules étoilées constituent l'échafaudage d'un espace gazeux complexe constitué de méats apparemment triangulaires (en vue de dessus) mais en fait communiquant entre eux. En fait, l'organisation spatiale est beaucoup plus complexe. En effet, une cellule (ici, la cellule bleue) est raccordée à des cellules situées au dessus (les cellules rouges) et à des cellules situées en dessous (les cellules roses). Cette organisation permet de réaliser un échafaudage tridimensionnel remarquable.

Pour compléter, observer d'autres plantes aquatiques :

Voir aussi comment se comportent les feuilles de plantes terrestres et comment de manière générale, on peut étudier la morphologie de l'espace gazeux :


Haut de la page

 

Roger Prat
 
Dernières modifications : 28 juin 2005
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR de Biologie