Accueil
Bioch
B.Cell
B.Dev
B.Mol
B.V.
Gen
Phy.V.
T.P
Zoo
Web
Sommaire
LA REGULATION DU CYCLE CELLULAIRE

Marie-Claude Lebart, Jean Mariani
Gilles Furelaud

Conclusion
surveillance G1/S  
sommaire

 

Grâce à la grande précision de la régulation du cycle, le taux d’erreurs dans le déroulement du cycle est très faible. Cependant, l’apparition de cellules transformées dont la prolifération incontrôlée aboutit à un cancer s'observe encore malheureusement trop fréquemment. Comme nous l'avons vu, la régulation du cycle cellulaire et les différents processus de surveillance du cycle font intervenir de très nombreuses protéines qui, soit stimulent la prolifération, soit l’inhibent. Toutes ces molécules peuvent présenter des mutations.

L’analyse moléculaire des tumeurs humaines montre que les protéines régulatrices du cycle sont fréquemment mutées. On peut constater :

Les molécules intervenant aux points de surveillance du cycle sont aussi souvent mutées : l’inactivation par délétion ou mutation du gène de la p 53 est fréquente dans de très nombreux cancers humains (côlon, poumons, sein, cerveau, os…), la sécurine du point de surveillance métaphase/anaphase, est mutée dans le cancer de l’hypophyse, l’ATM des points de surveillance G1/S et G2/M est mutée dans l’ataxie télangiectasia, maladie prédisposant aux cancers.

Il faut remarquer que ces changements dans le taux d’expression de molécules peuvent être dus à des altérations chromosomiques (translocations, délétions).

Parmi les gènes mutés dans les cancers se trouvent les gènes suppresseurs de tumeurs (leur rôle normal dans la cellule saine est de freiner la prolifération). Ces gènes, lorsqu’ils sont absents ou inhibés, peuvent être à l’origine d’un cancer. (exemple : pRb, p 53)

La p Rb freine la prolifération en séquestrant le facteur de transcription E2F ; Quand p Rb est absente, le facteur E2F est en permanence activé, les cycles se succèdent sans arrêt, pas de réparations d’ADN possibles…
La perte ou l’inactivation de la p Rb est très fréquente dans les cancers humains, en revanche des mutations de la p E2F ou de Cdk2 n’ont pas été observées.

Certaines protéines virales (paillomavirus, SV40, ...) se lient à p Rb et font libérer E2F, ce qui a pour conséquence une prolifération anarchique incontrôlable.

La p53 freine la prolifération en stimulant la synthèse d’un inhibiteur (p 21) de Cycline / Cdk
Quand la p 53 est non fonctionnelle la p21est absente et le cycle n’est pas arrêté par inhibition de Cycline / Cdk, et la prolifération s’effectue sans frein. De plus, le nombre de cellules augmente parce que sans p 53 les cellules qui présentent des anomalies et qui ne peuvent pas être réparées ne sont pas dirigées vers une mort par apoptose.

 


 

retour au sommaire
surveillance G1/S  
sommaire

 

sommaire du dossier "La régulation du cycle cellulaire"
1 - Mise en évidence de l'existence d'un contrôle du cycle cellulaire 5 - Le point de surveillance G2 / M 9 - Le point de surveillance G1/S
2 - La régulation de la succession des quatre phases du cycle par les Kinases cycline - dépendantes (Cdk) 6 - Transition métaphase - anaphase et point de surveillance métaphase - anaphase 10 - La phase S (à venir)
3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et métaphase/anaphase 7 - Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 11 - Conclusion
4 - Le passage de G2 en M, c'est à dire le déclenchement de la mitose (l'entrée en mitose) 8 - Le passage de G1 à la suite du cycle  

 

© Copyright "Biologie et Multimédia"

Mise en ligne : juin 2004
Dernière modification : juin 2004