Accueil
Bioch
B.Cell
B.Dev
B.Mol
B.V.
Gen
Phy.V.
T.P
Zoo
Web
Sommaire Carnivore
Les plantes carnivores

Pièges actifs : pièges à succion
Un exemple : une espèce d’Utriculaire de la flore française.
Certaines des ramifications des feuilles portent des petites outres ou utricules (d’où le nom du genre) transparentes et comprimées. Chaque outre est fermée par une porte entourée de longs poils ramifiés en filaments. Ceux ci peuvent être un leurre simulant des algues.

Rameau d'utriculaire.
Utricule Utricule
Rameau d'utriculaire.
Détail d'un utricule doté de poils ramifiés autour de l'ouverture.

Lors de l'effleurement par une proie de certains de ces filaments, l’utricule s’ouvre, se gonfle et aspire l'eau ainsi que la proie. Ces pièges n'existent donc que chez les plantes aquatiques ou de milieux humides.
L'ouverture de la trappe et l'entrée de l'animal dans la vésicule est rapide (moins de 1/500 de seconde) alors que le temps que met la plante pour reprendre sa forme originale peut durer jusqu'à une demi-heure.
Une utriculaire : observation à faible grossissement (longueur de l'urne 1,5 mm environ).

Détail d'une urne
Schéma, urne
Ouverture de la trappe, schéma.
Détail d'une urne, longueur 1mm.
Schéma
Ouverture de la trappe.

porte de l'utricule
détail, porte de l'utricule
Vue de l'intérieur de l'urne
Vue de face de la porte de l'utricule. on distingue, à gauche, la base de deux grands poils ramifiés ; à droite, deux paires de poils sensibles bien visibles sur l'image suivante.

Détail de l'image précédente.
A la base des paires de poils sensibles, sont réparties des glandes à mucilage de diverses formes.

Vue de l'intérieur de l'urne. Cette zone est recouverte de glandes quadrifides, parfois bifides qui sécrètent des enzymes digestives (éclairage en lumière polarisée).

[Haut de la page]
Jean-Pierre RUBINSTEIN, Nabila DEVOS, Minh-Lan NGUYEN, Amélie SABOURET, Roger PRAT

© Copyright "Biologie et Multimédia"

Mise en ligne : juin 2001
Dernière modification : juillet 2002