Accueil
Bioch
B.Cell
B.Dev
B.Mol
B.V.
Gen
Phy.V.
T.P
Zoo
Web
Sommaire Carnivore
Les plantes carnivores

Les pièges actifs : pièges à mâchoires
Exemple chez la Dionée.
Le piège ressemble à une paire de mâchoires garnies de dents. Les feuilles s'élargissent à leur extrémité pour se diviser en deux parties formant les mâchoires du piége. Chacune d’elles est munie de trois poils sensibles, disposés en triangle. Au contact d'une proie, ils émettent un message électrique vers des cellules spécialisées situées à la base de la mâchoire.

Mâchoires de Dionée
poils sensibles de dionée Poil sensible de dionée
Extrémité de la feuille, détail des deux mâchoires du limbe.
Détail : trois poils sensibles sur chacune des mâchoires du piège.
Détail d'un poil sensible.

Au niveau de la "charnière", les cellules perdent leur eau diminuant leur pression de turgescence. Ceci induit la fermeture de la mâchoire et la capture des proies dans la poche ainsi formée. Cette dernière permet l'accumulation des liquides produits par les parois, puis la digestion des proies. La vitesse de fermeture est rapide de quelques dixièmes de seconde à dix secondes selon en particulier l'âge de la feuille et la température ambiante. La digestion, par contre, dure de nombreux jours.

Observation : la fermeture ne se produit pas après le reploiement d'un seul poil sensible par la tige métallique. Elle se produit quand deux des poils sensibles sont stimulés.
L’efficacité du piège est renforcée, comme chez beaucoup de plantes carnivores par des traits qui miment une fleur. En particulier les mâchoires possèdent à leur périphérie des glandes à nectar.

Mâchoires de Dionée fermées
Mâchoires de Dionée fermées
Mâchoires de Dionée fermées
Dionée venant juste de se refermer.
Une dizaine d'heures plus tard, les mâchoires sont étroitement jointives.
Mâchoires jointives à un plus fort grossissement.

Mâchoires de Dionée ouvertes
Mâchoires de Dionée fermées
Le demi limbe (une des mâchoires du piège) est initialement plan. Une fois fermés, les bords deviennent jointifs et le demi limbe se modifie. Sa région périphérique s'applique contre l'autre demi limbe puis, une poche convexe se constitue dans laquelle s'effectue la digestion.

[Haut de la page]
Jean-Pierre RUBINSTEIN, Nabila DEVOS, Minh-Lan NGUYEN, Amélie SABOURET, Roger PRAT

© Copyright "Biologie et Multimédia"

Mise en ligne : juin 2001
Dernière modification : juillet 2002