Accueil B.Mol Gen T.P Web
Pour voir tous les arbres de la collection

cliquez sur SOMMAIRE
 
Arbres et Arbustes

Orme (Ulmus campestris, Ulmacées)


Les Ormes (Ulmus sp. de la famille des Ulmacées) regroupent plusieurs espèces dont la principale dans les forêts est l'Orme champêtre (Ulmus minor Mill.ou Ulmus carpinifolia). La ressemblance avec le Charme (Carpinus) a été à l'origine du choix de l'épithète spécifique "carpinifolia. On peut les distinguer aisément en regardant attentivement les feuilles.

Le port et le feuillage

Port d'un orme en hiver
orme et son feuillage au pritemps
Port d'un Orme en hiver (cliché Rol et Toulgouate).
Orme et son feuillage au printemps.

Le feuillage

Les feuilles ont une disposition alterne très précise. Elles sont toutes placées dans le même plan et cela se voit très bien dans les rameaux de l'année.

Rameau d'orme vu de dessus
feuilles alternes de l'orme
Rameau d'Orme vu de dessus.
Rameau d'Orme vu de dessous.

La croissance des rameaux

Comme chez toutes les plantes, les rameaux sont produits par les bourgeons axillaires situés à l'aisselle des feuilles. Chez les jeunes Ormes, comme les feuilles alternes sont disposées régulièrement dans le même plan, le port des branches est directement en relation avec la disposition des feuilles de l'année précédente.

Rameau d'Orme au début du printemps de la deuxième année
Rameau d'Orme à la fin du printemps de la deuxième année
Trois étapes du développement d'un jeune Orme. La disposition des rameaux suit celle des feuilles de la première année.

Les feuilles

Les feuilles de l'Orme ressemblent à celle du Charme. On peut cependant les distinguer aisément. Les feuilles du Charme sont parfaitement symétriques au niveau de l'insertion sur le pétiole alors que celles de l'Orme sont dissymétriques à la base au niveau de l'insertion du limbe sur le pétiole. Ceci est quelquefois difficile à observer car la base du limbe peut se rouler et masquer cette dissymétrie. Il faut mettre la feuille bien à plat pour bien observer cette dissymétrie

jeune rameau d'orme-face inférieure
jeune rameau d'orme-face supérieure
Jeune rameau d'orme ; face inférieure.
Jeune rameau d'orme ; face supérieure.

Les fleurs

Les fleurs sont peu remarquables. Elles apparaissent au début du printemps en inflorescences massives. Le périanthe est peu coloré et on les reconnaît surtout par les étamines qui sortent des fleurs.

Rameau fleuri d'Orme au printemps
Rameau fleuri d'Orme au printemps.
Fleurs d'Orme en boutons
Fleurs ouvertes d'Orme à la fin du printemps
Fleurs d'Orme en boutons.
Fleurs ouvertes d'Orme à la fin du printemps.

Les fruits

Les fruits sont des akènes (fruit sec indéhiscent contenant une graine). La paroi de ces fruits est entourée d'une membrane circulaire (aile) qui favorise la dissémination par le vent. Ces fruits ailés peuvent être comparés aux samares des érables.

Rameau d'Orme en fruits
Rameau d'Orme en fruits.
Akènes ailés d'Orme en place
Akènes ailés d'Orme
Akènes ailés d'Orme en place.
Akènes ailés d'Orme.

 

La Graphiose de l'Orme (ou maladie hollandaise de l'Orme)

Les Ormes étaient une des espèces d'arbres les plus représentées en Europe. Le développement de la maladie de la Graphiose a fait de tels ravages que l'on n'en trouve plus beaucoup dans les parcs.

Le premier terme du nom de la maladie (graphiose) est dû aux traces régulières observées sous l'écorce, le deuxième (hollandaise) au fait que la maladie à commencé à se répandre aux Pays-bas.

La maladie est due à un champignon (Ophiostoma ulmi = Ceratocystis ulmi) qui se développe dans les tissus conducteurs fonctionnels et aboutit à l'obturation de ceux-ci. Le Champignon est transporté par plusieurs Coléoptères du groupe des Scolytinae (qui comporte les Scolytes). Les espèces de ce groupe se développent dans les mêmes régions que l'Orme en favorisant la propagation du Champignon. Les traces de larves de Scolytes forment des arborescences remarquables que l'on peut découvrir en soulevant l'écorce d'un arbre malade. Elles sont souvent suffisamment typés pour permettre d'identifier l'espèce qui les ont tracées.

En fait, c'est le Champignon qui digère le bois et donne sa nourriture au Scolyte. Les larves de Scolytinae transportent avec elles les spores du Champignon. On peut alors parler d'une véritable symbiose.

Orme tué par la maladie hollandaise
tronc décortiqué d'orme malade
Orme atteint de la Graphiose en phase terminale.
Tronc décortiqué d'Orme malade.

Les galeries creusées par les Scolytes sont remarquables par leur dessin.

Galeries du Scolyte sur un tronc décortiqué
Galeries du Scolyte sous l'écorce
Galeries de Scolyte sur un tronc décortiqué.
Galeries de Scolyte sous l'écorce.

Les Ormes subsistent quand même dans les haies. En effet, même quand l'arbre est mort, la souche est parfois indemne. Après une taille sévère ou même un abattage, on peut observer des rejets de souche qui seront indemnes quelques années mais n'atteindront pas l'âge et les dimensions des arbres d'origine.

Roger Prat et Jean-Pierre Rubinstein
 
Pour nous contacter, cliquez ici ------>
contact

Dernière modification :10 octobre2016
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie

 

 

orme (Ulmus campestris)
Accueil B.Mol Gen T.P Web
Pour voir tous les arbres de la collection

cliquez sur SOMMAIRE
 
Arbres et Arbustes

Orme (Ulmus campestris, Ulmacées)


Les Ormes (Ulmus sp. de la famille des Ulmacées) regroupent plusieurs espèces dont la principale dans les forêts est l'Orme champêtre (Ulmus minor Mill.ou Ulmus carpinifolia). La ressemblance avec le Charme (Carpinus) a été à l'origine du choix de l'épithète spécifique "carpinifolia. On peut les distinguer aisément en regardant attentivement les feuilles.

Le port et le feuillage

Port d'un orme en hiver
orme et son feuillage au pritemps
Port d'un Orme en hiver (cliché Rol et Toulgouate).
Orme et son feuillage au printemps.

Le feuillage

Les feuilles ont une disposition alterne très précise. Elles sont toutes placées dans le même plan et cela se voit très bien dans les rameaux de l'année.

Rameau d'orme vu de dessus
feuilles alternes de l'orme
Rameau d'Orme vu de dessus.
Rameau d'Orme vu de dessous.

La croissance des rameaux

Comme chez toutes les plantes, les rameaux sont produits par les bourgeons axillaires situés à l'aisselle des feuilles. Chez les jeunes Ormes, comme les feuilles alternes sont disposées régulièrement dans le même plan, le port des branches est directement en relation avec la disposition des feuilles de l'année précédente.

Rameau d'Orme au début du printemps de la deuxième année
Rameau d'Orme à la fin du printemps de la deuxième année
Trois étapes du développement d'un jeune Orme. La disposition des rameaux suit celle des feuilles de la première année.

Les feuilles

Les feuilles de l'Orme ressemblent à celle du Charme. On peut cependant les distinguer aisément. Les feuilles du Charme sont parfaitement symétriques au niveau de l'insertion sur le pétiole alors que celles de l'Orme sont dissymétriques à la base au niveau de l'insertion du limbe sur le pétiole. Ceci est quelquefois difficile à observer car la base du limbe peut se rouler et masquer cette dissymétrie. Il faut mettre la feuille bien à plat pour bien observer cette dissymétrie

jeune rameau d'orme-face inférieure
jeune rameau d'orme-face supérieure
Jeune rameau d'orme ; face inférieure.
Jeune rameau d'orme ; face supérieure.

Les fleurs

Les fleurs sont peu remarquables. Elles apparaissent au début du printemps en inflorescences massives. Le périanthe est peu coloré et on les reconnaît surtout par les étamines qui sortent des fleurs.

Rameau fleuri d'Orme au printemps
Rameau fleuri d'Orme au printemps.
Fleurs d'Orme en boutons
Fleurs ouvertes d'Orme à la fin du printemps
Fleurs d'Orme en boutons.
Fleurs ouvertes d'Orme à la fin du printemps.

Les fruits

Les fruits sont des akènes (fruit sec indéhiscent contenant une graine). La paroi de ces fruits est entourée d'une membrane circulaire (aile) qui favorise la dissémination par le vent. Ces fruits ailés peuvent être comparés aux samares des érables.

Rameau d'Orme en fruits
Rameau d'Orme en fruits.
Akènes ailés d'Orme en place
Akènes ailés d'Orme
Akènes ailés d'Orme en place.
Akènes ailés d'Orme.

 

La Graphiose de l'Orme (ou maladie hollandaise de l'Orme)

Les Ormes étaient une des espèces d'arbres les plus représentées en Europe. Le développement de la maladie de la Graphiose a fait de tels ravages que l'on n'en trouve plus beaucoup dans les parcs.

Le premier terme du nom de la maladie (graphiose) est dû aux traces régulières observées sous l'écorce, le deuxième (hollandaise) au fait que la maladie à commencé à se répandre aux Pays-bas.

La maladie est due à un champignon (Ophiostoma ulmi = Ceratocystis ulmi) qui se développe dans les tissus conducteurs fonctionnels et aboutit à l'obturation de ceux-ci. Le Champignon est transporté par plusieurs Coléoptères du groupe des Scolytinae (qui comporte les Scolytes). Les espèces de ce groupe se développent dans les mêmes régions que l'Orme en favorisant la propagation du Champignon. Les traces de larves de Scolytes forment des arborescences remarquables que l'on peut découvrir en soulevant l'écorce d'un arbre malade. Elles sont souvent suffisamment typés pour permettre d'identifier l'espèce qui les ont tracées.

En fait, c'est le Champignon qui digère le bois et donne sa nourriture au Scolyte. Les larves de Scolytinae transportent avec elles les spores du Champignon. On peut alors parler d'une véritable symbiose.

Orme tué par la maladie hollandaise
tronc décortiqué d'orme malade
Orme atteint de la Graphiose en phase terminale.
Tronc décortiqué d'Orme malade.

Les galeries creusées par les Scolytes sont remarquables par leur dessin.

Galeries du Scolyte sur un tronc décortiqué
Galeries du Scolyte sous l'écorce
Galeries de Scolyte sur un tronc décortiqué.
Galeries de Scolyte sous l'écorce.

Les Ormes subsistent quand même dans les haies. En effet, même quand l'arbre est mort, la souche est parfois indemne. Après une taille sévère ou même un abattage, on peut observer des rejets de souche qui seront indemnes quelques années mais n'atteindront pas l'âge et les dimensions des arbres d'origine.

Roger Prat et Jean-Pierre Rubinstein
 
Pour nous contacter, cliquez ici ------>
contact

Dernière modification :10 octobre2016
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Sorbonne Université - UFR des Sciences de la Vie