Tritons et Salamandres d'Europe
Amphibiens, urodèles

Christian Aimar

Cette présentation des amphibiens urodèles d'Europe: tritons et salamandres n'a pas la prétention d'être exhaustive mais bien plutôt de donner un aperçu des principales espèces vivant à l'ouest du continent indo-européen.
Images et vidéos sont destinées à mettre en évidence
leur biotope, les modalités de leur reproduction et développement ainsi que leurs caractéristiques morphologiques,
anatomiques ou physiologiques les plus marquantes.

 

 

CARACTÈRES DISTINCTIFS DES ANOURES ET DES URODELES.

Au stade adulte, les Urodèles se distinguent des Anoures, deuxième groupe d'amphibiens, par leur corps allongé prolongé par une queue massive et des pattes antérieures et postérieures de même taille.
Les anoures présentent un corps massif, pas de queue et, pour les grenouilles, des pattes postérieures plus longues, adaptées au saut.


Urodèle: Pleurodeles waltl


Anoure, grenouille Rana esculenta

, , Anoure, crapaud: Bufo bufo


Anoures et Urodèles ont, sauf exceptions, quatre doigts aux pattes antérieures, cinq aux pattes postérieures.



URODELES D'EUROPE

Sur les dix familles d'Urodèles, regroupant environ 450 espèces, certaines restant encore à inventorier, 7 sont uniquement présentes en Amérique et en Asie, les 3 autres le sont

dans ces 2 continents et en Europe où elles se répartissent en 18 espèces. Au total, le continent européen n ' héberge que 5% des espèces d ' Urodèles.

TRITONS

SALAMANDRES

 

PROTEUS

SPELEOMANTES

Famille des Salamandridae
Sous-famille des Pleurodelinae
Famille des Salamandridae
Sous-famille des Salamandrinae
Famille des Proteidae
Famille des Plethodontidae
-Lissotriton helveticus
anciennement Triturus palmatus
-Lissotriton vulgaris
anciennement Triturus vulgaris
Salamandra salamandra terrestris
-Proteus anguinus
-Speleomantes strinatii
(anciennement: Hydromantes strinatii)
-Ichthyosaura alpestris
anciennement Triturus alpestris
-Calotriton asper
anciennement Euproctus asper
Salamandra salamandra fastuosa
     
-Triturus cristatus
-Triturus marmoratus
Salamandra atra
     
- Pleurodeles waltl
         

 


Cycle vital: reproduction, développement

(généralités; pour les détails concernant une espèce cliquez sur le tableau ci-dessus)


- Reproduction

Les amphibiens urodèles, à l'exception des Salamandres, se reproduisent au printemps dans l'eau : trous d'eau, mares, fossés ou ruisseaux.

- Parade nuptiale, fécondation

Prélude à la fécondation la parade nuptiale est différente selon les espèces, avec accouplement chez les espèces grandes ou moyennes (ex: Calotriton asper) ou stimulation à distance chez les petites espèces (ex: Lissotriton vulgaris). Elle s'achève par l'émission par le mâle de spermatophores, capsules muqueuses contenant les spermatozoïdes, déposées au sol (certaines salamandres et Speleomantes) ou au fond de l'eau. La femelle capture le spermatophore à l'aide de ses lèvres cloacales et en stocke les spermatozoïdes dans ses glandes annexes cloacales.
La fécondation est interne, à la différence des anoures pour lesquels la fécondation externe demeure la règle.


Lissotriton vulgaris
Parade nuptiale sur le fond d'une mare, le mâle est à droite. Au cours de la parade il replie sa queue vers l'avant et lui imprime des mouvements rapides d'ondulation provoquant un courant d'eau en direction de la femelle. Les glandes cloacales du mâle sécrètent des phéromones qui sont ainsi diffusées vers la femelle provoquant sa stimulation sexuelle. De couleur brun clair, ces tritons de petite taille se confondent aisément avec le milieu environnant.


- Ponte

Les femelles vont libérer leur progéniture selon des modalités variables selon les espèces: oviparité stricte, dans la majorité des cas, ovoviviparité ou viviparité chez les Salamandres.

 

- Développement (ovipares)

- Phase embryonnaire

Les oeufs pondus et fécondés, protégés par une enveloppe mucilagineuse ou gangue, se transforment progressivement en embryons.


Pleurodeles waltl
oeuf non encore fécondé entouré de ses gangues.
entre l'oeuf et la première gangue: l ' espace péri-vitellin (bleu clair sur l'image)

Lissotriton helveticus .
La femelle a déposé l ' oeuf
entouré de sa gangue sur une feuille d'herbe
qu'elle a ensuite repliée à l'aide de ses pattes postérieures.

 


Triturus marmoratus
embryon en place dans sa gangue translucide à laquelle adhérent différents débris végétaux et grains de sable.

 


Pleurodeles waltl
embryon hors de sa gangue protectrice. D ' importantes réserves vitellines utilisées pour le développement de l'embryon sont accumulées dans le tube digestif primitif (masse ventrale verte)

La phase embryonnaire, au cours de laquelle se différencient les organes fondamentaux, s'achève par la sortie des embryons de leur gangue au stade de l'éclosion
en savoir plus:
les principales séquences de la phase embryonnaire du Triturus marmoratus.



- Phase larvaire

Phase d'accroissement corporel, au cours de laquelle les larves, nageantes, l'équivalent des têtards chez les Anoures, ont déjà la même forme générale que les adultes.
Cependant ils présentent des caractéristiques morphologiques et physiologiques de type " larvaire " dont le plus visible, la présence, en arrière de la tête, de trois paires de
branchies externes par où se fait l'essentiel des échanges respiratoires.
Les larves des urodèles se nourrissent de petits invertébrés aquatiques: vers, petits crustacés: copépodes, daphnies...


larve de salamandre

- Métamorphose

En fin d'été ou au début de l'automne les individus perdent leurs caractères larvaires pour acquérir ceux de l'adulte, leurs branchies régressent rapidement, la respiration devenant pulmonaire et cutanée,
la peau s'épaissit...: c'est la phase de la métamorphose.

En règle générale, le jeune quitte alors le milieu aquatique pour mener une vie terrestre. Il ne retourne à l'eau qu'au printemps, les années suivantes, pour la reproduction.
L ' appellation d'amphibien fait référence à cette alternance au cours d'une même année d'une vie terrestre et d'une vie aquatique.

Il n'est pas rare que des larves ou des individus juvéniles soient encore présents dans les points d'eau au cours du premier hiver suite à des pontes tardives ou des conditions de développement défavorables.
La métamorphose des larves n'aura alors lieu qu ' au printemps suivant.

Dans certaines conditions climatiques les larves ne se métamorphosent pas mais acquièrent maturité sexuelle et aptitude à la reproduction, ce sont alors des animaux néoténiques dont un exemple est le Proteus.

Pour nous joindre srth

 

[Retour zoologie]