<
Speleomantes strinatii

Caractéristiques générales
Espèce de taille moyenne 10- 12 cm,au corps allongé .
Présente dans l ' extrême Sud-est de la France et l ' Italie, dans
la zone alpine de sa province Ligure.
Ce triton, cavernicole et très discret, n ' a été découvert qu'au milieu du XX ° siècle....


Corps brun foncé à aspect métallique doré et taches diffuses plus foncées, yeux noirs proéminents, caractéristique fréquente chez les animaux vivant en semi-obscurité.
La peau est lisse. La queue cylindrique se termine en pointe non tronquée.(cliché J. Renet,CEN-PACA)


Habitat

Ce triton vit en milieu humide. Il trouve refuge dans les cavités des zones calcaires karstiques alpines de la zone littorale jusqu'à 2.000m d'altitude. Outre les cavités naturelles, il peut aussi être présent dans les fentes de murets ou les excavations artificielles calcaires. Une température de 13 à 17° ainsi qu'un degré hygrométrique élevé, plus de 70%, lui sont nécessaires.


Speleomantes sur un tapis de mousse d'une cavité naturelle, ce type de mousse est révélateur d'un taux d'humidité élevé; (cliché J. Renet,CEN-PACA)


Une cavité karstique abritant des Speleomantes



Entrée d ' une étroite cavité humide occupée par
des Speleomantes.
Par temps d'orage elle permet l'écoulement des eaux de pluies.

Les tritons vivent ici dans les anfractuosités des blocs de rochers de la voûte d'où perlent les eaux d'infiltration. Ils s'enfoncent plus ou moins au fond de la cavité en fonction de la température
et de l ' humidité

(cliché J. Renet,CEN-PACA)

Les Speleomantes se nourrissent des petits invertébrés présents dans les grottes.
A la tombée de la nuit, ils se tiennent fréquemment à l'entrée des cavités pour y capturer moustiques et araignées
grâce à sa langue protractile dont la forme rappelle celle d'un champignon


d'après F. Angel

Accouplement
Comme chez les autres urodèles s'effectue une parade nuptiale mais qui a lieu sur le sol de la cavité. Le mâle se glisse sous la femelle et la maintient sur son dos en lui bloquant les pattes antérieures par ses avants- bras. Après avoir cheminé ainsi un certain temps, il s'en détache et, devant elle, dépose au sol un spermatophore: petit cône gélatineux contenant les spermatozoïdes. La femelle capture le spermatophore à l'aide de ses lèvres cloacales. Les spermatozoïdes, vont être stockés dans ses glandes annexes cloacales. La fécondation est interne, s'effectuant lors du passage des ovocytes mûrs dans le cloaque et la ponte est différée par rapport à l'accouplement.

Développement
embryonnaire et larvaire
Les oeufs, peu nombreux, de 5 à 6 mm de diamètre, sont déposés sur des pierres ou la glaise humide
.
Le développement, direct, (pas de phase larvaire) s'effectue en 9 à 10 mois,
l'éclosion libérant à l'automne des individus juvéniles. La femelle demeure à proximité de sa ponte puis de sa progéniture qu ' elle protège éventuellement contre les prédateurs (comportement social rare chez les amphibiens ! )
En captivité cette espèce peut se révéler vivipare.

Retour index
[Retour zoologie]