Lissotriton vulgaris

(anciennement: Triturus vulgaris )

Caractéristiques générales
Espèce de petite taille 7- 11 cm,
avec des différences importantes selon les régions, la femelle un peu plus petite que le mâle.
Présente en Europe de l'ouest jusqu'au nord de l ' Espagne, rare ou absent dans l ' Ouest et le Sud de la France, Espagne centrale et Portugal
Ce triton est tout aussi commun en plaine qu'en moyenne montagne

Dimorphisme sexuel bien marqué au printemps et en été, au cours de la période de reproduction.

mâle


livrée d'un jeune mâle en début de période de reproduction.
La gorge et le ventre
sont de couleur claire, jaune orange à orange vif et légèrement tachetés, Les doigts des pattes postérieures sont palmés mais nettement moins que chez
Lissotriton helveticus. La queue se termine en pointe non tronquée.

femelle


Face ventrale: la gorge et le ventre sont de couleur claire du jaune orangé à orange vif et légèrement tachetés ,flancs élargis, doigts postérieurs non palmés.

Reproduction
Les tritons ont passés la saison hivernale enfouis profondément sous les rochers, les souches ou entre les racines des arbres. Au début du printemps, mâles et femelles quittent leurs abris pour rejoindre des points d'eau proches: mares permanentes, bassins ou même anciens lavoirs.


Dépression dans une plâtière d ' île de France, retenant les eaux de pluies saisonnières. Elle est fréquentée, à la saison de la reproduction, par divers amphibiens: grenouilles,crapauds, tritons....

 

Parade nuptiale
Caractéristique des tritons. Chez la plupart des espèces, le mâle se place devant la femelle,
positionne sa queue latéralement le long du tronc, et lui imprime des séries d ' ondulations rapides. Celles-ci favorisent la diffusion, en direction de la femelle, de phéromones sécrétées par ses glandes annexes cloacales. Les phéromones ont pour effet de stimuler l'activité sexuelle de la femelle. Toujours
devant celle-ci, le mâle répète la même séquence mais sous des angles différents.

En fin de parade le mâle dépose devant la femelle un spermatophore, petit cône gélatineux contenant les spermatozoïdes, que la femelle capture à l'aide de ses lèvres cloacales. Les spermatozoïdes, libérés du gel spermatophorique, vont être stockés dans des glandes annexes cloacales femelles. La fécondation est interne (*), s'effectuant lors du passage des ovocytes dans le cloaque. La ponte est différée(*) par rapport à l'accouplement, quelques oeufs sont émis chaque jour. Du fait du nombre important de spermatozoïdes présents dans le tractus génital femelle et de leur conservation plusieurs mois et peut-être jusqu'à une année, les pontes peuvent se succéder au cours de la saison sans qu'il y ait nécessairement de nouvel accouplement.
(*) Différence avec les anoures pour lesquels la fécondation est externe et non différée.


Couple de Lissotriton helveticus , espèce voisine du Lissotriton vulgaris. Le mâle est à droite, queue rabattue le long du corps, posture caractéristique de l'entrée en parade nuptiale

 

Développement embryonnaire et larvaire
Les oeufs, un ou plusieurs, entourés de leur gangues sont déposés sur des brins d'herbes que la femelle replie soigneusement à l'aide de ses pattes postérieures, ce qui leur assure une protection temporaire contre les prédateurs.
Les développements embryonnaires, environ 2 à 3 semaines, puis larvaires, 6 à 9 semaines, s'effectuent au cours de l'été et de l'automne. La métamorphose achevée, les juvéniles mènent une vie terrestre.
Saison hivernale sous les rochers ou les souches en bordure des cours d'eau. Les adultes ne retourneront dans les ruisseaux qu'au printemps suivant pour leur reproduction.


L'oeuf de Lissotriton est de coloration claire

oeufs de Lissotriton cachés dans des replis de brins d'herbes

Retour index
[Retour zoologie]