Accueil B.Mol Gen Web
LA PHOTOSYNTHESE PAR LES EXPERIENCES
Expérience de Hill

La réaction globale de la photosynthèse montre qu'il s'agit d'une réaction d'oxydo-réduction. Est-il possible de dissocier l'incorporation du CO2 (réduction) de la formation de dioxygène (oxydation) ?
Hill réalise son expérience sur une suspension de chloroplastes éclairée et utilise, en absence de CO2, un réducteur artificiel : le ferricyanure de potassium.
Cette expérience peut être réalisée en TP. On utilisera ici le DCPIP (dichloro-phéno-indo-phénol) qui a la propriété d'être bleu à l'état oxydé et incolore à l'état réduit.Le matériel biologique est une suspension de chloroplastes préparée à partir, par exemple, de feuilles d'épinard.

 

   
On ajoute du DCPIP à la suspension de chloroplastes,
la solution bleuit.
Le tube est placé à l'obscurité,
la solution reste bleue.
 Le tube est placé à la lumière, la solution se décolore.

Le DCPIP est décoloré, donc réduit à la lumière par la suspension de chloroplastes.

On peut compléter cette expérience par polarographie. A l'aide d'un oxygraphe, lors d'une séquence obscurité-lumière-obscurité, on enregistre les variations de concentration en dioxygène en présence ou non de DCPIP. Cette expérience est réalisée en absence de toute source de carbone.

En absence de source carbonée, à la lumière, les chloroplastes isolés produisent un dégagement de dioxygène, parallèlement à la réduction du DCPIP.

 

Conclusion : la photosynthèse peut donc être séparée en 2 réactions couplées à un système d'oxydo-réduction.


T.P. : Mise en évidence
T.P. : Les pigments
T.P. : Analyse quantitative
Expériences historiques




[Haut de la page]

Caroline Benlot, Nicole Blanchouin, Roger Prat, Jean-Pierre Rubinstein et Véronique Vonarx
 
Pour nous contacter :

contact mail


Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie