Accueil B.Mol Gen T.P Web
 
L'ENCEPHALE DES DIPNEUSTES

P. Clairambault (collaboration G. Echalier)

 

Bien que rangée parmi les poissons osseux (Osteichthyens), cette sous-classe, qui ne comporte que 3 espèces (dulciquoles) dans le monde, représente une remarquable curiosité zoologique. En effet, ces "poissons" possèdent une paire de poumons (fonctionnellement plus importante que le système branchial) qui reçoit le sang réduit issu de l'unique ventricule cardiaque par 2 artères ; le sang hématosé est ensuite envoyé par 2 veines pulmonaires aux 2 oreillettes cardiaques (comme chez les Tétrapodes). Les nageoires paires des Dipneustes sont totalement différentes de celles des vrais Poissons dans la mesure où elles sont soutenues par un squelette (dit appendiculaire) comme chez les Tétrapodes.
Les points communs aux Dipneustes et aux Tétrapodes sont encore amplifiés par les données paléontologiques ; ainsi a-t-il été proposé de considérer les Dipneustes, vivant au milieu de l'ère primaire (Dévonien), comme les ancêtres des Amphibiens apparus un peu plus tard (Permo-Carbonifère). En fait, on sait maintenant qu'il en est rien mais on peut quand même envisager les Dipneustes comme les représentants d'un essai évolutif en direction de "l'état Tétrapode". Les 3 espèces reliques qui existent encore sont confinées dans des niches écologiques très limitées : le Neoceratodus dans l'embouchure du fleuve Murray en Australie, le Lepidosiren dans le bassin de l'Amazone et le Protopterus dans les fleuves d'Afrique centrale.

Souvent chez les Vertébrés, le niveau évolutif de l'architecture encéphalique ne correspond pas rigoureusement à celui des autres systèmes organiques, en particulier du squelette qui est la source essentielle des données paléontologiques. La raison en est que l'architecture encéphalique est la conséquence directe d'une adaptation éco-éthologique progressive qui semble avoir privilégié des circuits et des centres à partir d'un ensemble anatomiquement peu organisé (théorie dite du "morcellement"). Il est donc préférable d'étudier l'organisation de l'encéphale d'un Vertébré sans à-priori évolutioniste et les Dipneustes (en particulier le Protoptère présenté ici) illustrent bien cette précaution.>L'encéphale des Dipneustes est , dans son architecture, beaucoup plus proche de celui des Amphibiens que de celui des Poissons ; en particulier le développement des hémisphères cérébraux suit les mêmes modalités morphogénétiques que chez les Tétrapodes (processus d'inversion).


 

 

 

Dernière modification : 20 octobre 2004
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie