Accueil B.Mol Gen T.P Web
 
MYSIDACES
[Principaux groupes]  

Aspect général de petites crevettes translucides, de l’ordre du cm (on parle de « facies caridien »
mais la carapace, si elle recouvre presque tout le thorax,  n’est jamais soudée à plus de 3 segments ; d’autre part,  les appendices thoraciques sont biramés ( aussi, furent longtemps rangés dans une coupure spéciale, dite des Schizopoda (schizo= divisé, en Grec…)
On les classe traditionnellement  parmi  les Péracarides, bien que leurs yeux soient pédonculés…

ORGANISATION)
 La carapace, membraneuse et généralement très peu calcifiée, .s’allonge , en avant, en un rostre court et  recouvre presque tous les segments thoraciques, bien qu’elle ne soit soudée  qu’aux  tout premiers ; les autres, par transparence , apparaissant nettement  individualisés.
Céphalon 
            : -Yeux composés pédonculés
                - les antennes(A2),en  longs   fouets, portent un exopodite lamellaire (« écaille antennaire », que l’on retrouvera chez les crevettes)
Thorax :

  1. Les péréiopodes sont typiquement  biramés : si  Pe1, et parfois même  Pe2 et Pe3, peuvent être  plus ou moins  modifiés en maxillipèdes(gnathobases masticatrices..), les  autres appendices thoraciques sont tous construits sur un même type  : l’endopodite forme une patte ambulatoire terminée en griffe, cependant qu’un long exopodite en flagelle, couvert de soies , permet la nage (d’autant que les pléopodes sont souvent absents…)  
    Rem : Il n’y a de branchies que dans le sous-ordre des Lophogastridés              

Oostégites : chez certains Mysidés, seulement sur les coxopodites des 2 à 3 dernières paires; incurvés et imbriqués,  forment une sorte de corbeille    (marsupium).

Abdomen
 :

  1. Chez les Mysidés, les pléopodes sont plus ou moins rudimentaires chez les femelles, alors que chez les mâles ils peuvent être normaux , comportant 2 rames multi-articulées à longues soies.
  2. Les uropodes, aplatis, forment ,avec le telson, un éventail caudal ; chez les Mysidés, présence tout à fait caractéristique, dans la base de leur endopodite, d’un « statocyste »(organe d’équilibration ) volumineux et clos.

BIOLOGIE
-La plupart marins et généralement pélagiques ; quelques espèces littorales( ex Praunus flexuosus) pullulent dans les petites flaques sur les plages. L’espèce Mysis  oculata est particulièrement abondante dans les Grands Lacs nord-américains.
- Alimentation de type filtrant
- Le développement est direct , dans la chambre incubatrice et  - par distinction avec beaucoup d’autres Péracarides - le jeune présente, ici, à l'éclosion, tous ses appendices..

 

 

[Sommaire]