Accueil B.Mol Gen T.P Web
 
Copépodes
[Principaux groupes]

COPEPODES

Ils doivent leur nom (Milne Edwards 1830) à la présence d'une petite pièce squelettique (copula) reliant la base des deux éléments de chaque paire des pattes thoraciques natatoires, ce qui assure leur battement synchrone, à la manière d'avirons.

Bien que de petite taille (un à quelques mm), ils occupent tous les milieux aquatiques par leurs myriades d'individus, jusqu'à constituer parfois 60% de la biomasse du zooplancton océanique.Ils jouent ainsi un rôle clé dans la chaîne alimentaire, en se nourrissant de protistes et d'algues unicellulaires dont ils limitent la prolifération envahissante.
L'extrême diversité des formes et de leur biologie traduit la réussite de ce groupe.

MORPHOLOGIE
(On prendra pour type la famille des Calanidés, dont une seule espèce, Calanus finmarchicus, domine le plancton de l'Atlantique Nord).

Le corps comporte deux parties : une région antérieure, en ovoïde allongé regroupant le céphalosome et le thorax, et une région postérieure, courte et cylindrique, correspondant à l'abdomen et s'achevant par une sorte de furca.

Céphalosome
Les 5 segments céphaliques fusionnent avec le 1er (et parfois le 2ème) segment thoracique, (d'où présence de maxillipèdes renforçant les pièces buccales). L'existence d'un oeil impair nauplien leur avait mérité la désignation ancienne de Monocles.
Les Antennules (A1), ici très longues et rigides, avec de nombreuses soies sensorielles, servent de balanciers ; chez le mâle, l'une d'elles (ou les 2) peut être géniculée et participer à la capture de la femelle.
Les vraies Antennes (A2), nettement plus courtes, sont biramées.
Puis vient la série des pièces buccales : les Mandibules, également biramées, comportent à la base une expansion chitineuse terminée par des denticulations couronnées de silice.
Les Maxilles et Maxillipèdes peuvent présenter de longues soies filtrantes, leur permettant de ramener le nanoplancton vers la bouche.

Thorax

Les 5 segments libres portent chacun une paire de pattes natatoires biramées, avec de nombreuses soies ; à leur base figure la petite piéce chitineuse transversale (ou copula) joignant les deux appendices de chaque paire et assurant la synchronie de leur battement.
Remarque : la 5
ème paire de pattes diffère souvent dans les deux sexes, avec une asymétrie chez le mâle (se présente parfois en crochet ou en pince, car intervient dans le maintien de la femelle et le dépôt du spermatophore..)

Abdomen (ou urosome)
5 anneaux cylindriques chez le mâle ; mais seulement 4 chez la femelle (il y aurait fusion des deux antérieurs) ; ce premier segment porte ventralement l'orifice génital. Sur l'élément terminal, où s'ouvre l'anus dorsal, s'articulent deux rames caudales terminées par des soies (furca).
Remarque : typiquement aucun appendice abdominal, du moins dans la coupure dite des "Gymnopléens" : Calanides ; car dans celle des "Podopléens" : Cyclopides ou Harpacticides, le
5ème segment thoracique et les pattes correspondantes se trouvent incorporées dans cette région postérieure..

BIOLOGIE

QUELQUES EXEMPLES DE FORMES LIBRES

Parmi les quelques 10000 espèces...
Les 3 principaux ordres des copépodes libres sont :

Quelques autres exemples de genres marins :

COPEPODES PARASITES

Les Copépodes parasitent pratiquement tous les groupes d'animaux marins, des Spongiaires aux Cétacés... Leur degré de parasitisme et les adaptations inhérentes à ces différents modes de vie sont extrêmement variés. Le cycle parasitaire peut éventuellement comporter plusieurs hôtes (Ex : Penellidae).

[Sommaire]