Accueil Liens
 
Brachyoures
REPRODUCTION 1

 

1 - MORPHOLOGIE des BRACHYOURES

1
L'espèce Carcinus moenas (= « Crabe Vert » ou « Crabe enragé »), très commune sur nos côtes
, est tout à fait typique du groupe :

     - Le céphalothorax est aplati et large, d’autant que le bouclier rigide de la carapace très minéralisée, qui le recouvre dorsalement, déborde le corps, pour constituer de chaque côté  une vaste chambre branchiale ; des sillons y délimitent des airescorrespondant aux principaux organes sous-jacents (aire gastrique, aire cardiaque, aires branchiales, etc.).  La métamérie thoracique n’est apparente que ventralement  : en arrière de la bouche,  les  sternites, bien que distincts, sont soudés en une sorte de plastron.              
     - Le cadre buccal, ici quadrangulaire, est recouvert, par la 3ème paire de pattes-mâchoires accompagnant les mandibules ; maxilles Mx2 et maxillules Mx1 .
     - Les 2 chambres branchiales, latérales, contiennent, chacune, 9 phyllobranchies ; l’entrée d’eau se fait latéralement, à la base de pattes et surtout  des chélipèdes, et sa sortie en avant de la bouche.                     
     - Le front, arrondi, ne se prolonge pas ici en un rostre significatif. Les yeux pédonculés  peuvent se replier dans une orbite et les antennules, aux très courts flagelles, dans une fossette ; les antennes ont perdu leur écaille.
     - La 1ère paire de pattes, typiquement à 7 articles,  porte des pinces, fortes surtout chez le mâle et menaçantes : l’une est de type coupant, l’autre broyeur. (Rem : le doigt mobile étant, chez ces vrais Crabes, le supéro-externe). Les autres pattes se terminent en griffes et ne sont qu’ambulatoires ; le déplacement est latéral (marche « en crabe »…). 
     - Les Crabes sont fondamentalement des "marcheurs", ce que traduit leur abdomen réduit et replié sous le thorax, sans plus aucun rôle locomoteur : chez le mâle, il est représenté  par une étroite languette triangulaire ( abdomen étendu ), encastrée dans une dépression sternale et retenue par un système de boutons-pression ;  seules y persistent les 2 premières paires de pléopodes  transformés en organes copulateurs. Chez la femelle, l’abdomen est également replié en position ventrale, mais sensiblement plus large, pour  soutenir, en corbeille, l’important paquet d’œufs ; ceux-ci sont, individuellement attachés.


  Retour à l'index