Fruits et Légumes du Marché

 

Nèfle
Il existe deux sortes de nèfles, la nèfle commune (Mespilus germanica, de la famille des Rosacées) et la nèfle du Japon (Eriobotrya japonica de la même famille). La première est commune en Europe mais est de moins en moins consommée. La deuxième, de contexture et de saveur douce, se trouve sur les marchés mais assez rarement car elle est fragile. La nèfle commune pousse à l’état sauvage en Europe et en moyen orient.
 
Néflier commun

Structure et développement

Comme la pomme, la nèfle commune est un faux fruit à pépins appelé "piridion" . A l’opposé du pédoncule se trouvent les restes des pièces florales. La nèfle provient d’un ovaire infère adhérent. Le péricarpe est charnu à l’extérieur et cartilagineux à l’intérieur (trognon). La partie externe charnue correspond au réceptacle de la fleur, soudé à l’ovaire central. On reconnaît les sépales et les étamines de la fleur. La nèfle commune est donc formée en partie par le développement de l’ovaire et en partie par le réceptacle soudé de la fleur. Ce fruit particulier (comme les pommes, les poires et les coings) est appelé piridion par les botanistes. 

Nèfle commune entière
Nèfle commune vue de dessus
Détail d'une nèfle vue de dessus 

 

Trois coupes transversales successives d'une nèfle commune
 

Section longitudinale d'une nèfle
Section longitudinale d'une nèfle. Les lobes du noyau (endocarpe) représentent la paroi des cinq carpelles. La chair représente le conceptacle qui se termine en coupe vers le haut, portant les restes de sépales.

 

La nèfle du Japon (Eriobotrya japonica)

Une coupe transversale montre la présence de 5 loges contenant les pépins. Sur une vue de dessus d'une nèfle commune, on observe une grande échancrure circulaire entourée des restes des 5 sépales. On voit au centre les restes des 5 styles de l’ovaire.

Nèfle du Japon : vue externe 
Coupe transversale d'une nèfle du Japon montrant 3 pépins
Coupe transversale d'une nèfle du Japon , pépins enlevés

Variétés

Les deux types de nèfles ne sont pas des variétés mais appartiennent à des espèces et même à des genres différents. Chez la nèfle commune, le péricarpe reste peu charnu et peu comestible au contraire de la nèfle du Japon chez laquelle le trognon lui-même est peu visible.

Autres "Piridions"

Les piridions sont des faux fruits dérivant d'un ovaire infère adhérent. Ce sont des fruits charnus dont la partie externe a pour origine le réceptacle de la fleur. Ceci s'observe bien sur le fruit mûr car les restes des pièces flotales se trouvent à l'opposé du pédoncule. En fait, le vrai fruit (provenant de l'ovaire sensus sticto) constitue le "trognon" qui représente un noyau peu lignifié contenant les graines (pépins) distribués dans cinq loges carpellaires. Le développent détaillé de ces fruits est expliqué pour la "poire" prise comme exemple

nèfle

Les Rosacées représentent la famille la plus importante de plantes comestibles par leurs fruits. Cette famille est complexe car elle comporte plusieurs sous-familles caractérisées par des fruits de structures très différentes. On trouve des plantes qui développent des fruits différents des Piridions. Ce sont:
- Les fruits du gente Prunus : ce sont des drupes c'est à dire des fruits simples (un carpelle) partiellement charnus dont la partie interne du péricarpe (l'endocarpe) est lignifié et forme un noyau contenant la graine (ou amande). Ces fruits dérivent d'une fleur à ovaire infère non adhérent qui se comporte dans le développement comme un ovaire supère. Citons l'abricot, l'amande, le brugnon, la cerise, la nectarine, la pêche, la prune, et la prunelle. Le développement de ces fruits est expliqué pour la "cerise" prise comme exemple.
-Les fruits multiples : ce sont des poly-akènes (fraise et cynorhodon) ou des poly-drupes (framboise et mûre) multiples disposés sur le réceptacle ou dans le conceptacle de la fleur.

Utilisation

La nèfle commune n’est pratiquement plus commercialisée. Très acide et à chair très dure, elle se consomme après les gelées lorsqu’elle est ramollie. Par contre, la nèfle du Japon, très agréable par sa consistance et sa saveur est de plus en plus proposée.

 

 

 

 
Pour nous contacter, cliquez ici ------>
contact

Dernière modification : 15 octobre 2010
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie