Les fruits
LES FRUITS SECS DEHISCENTS

Les fruits dont le péricarpe est sec peuvent s'ouvrir (fruits déhiscents) ou non (fruits indéhiscents).

  • Les fruits indéhiscents sont souvent formés d'un seul carpelle et ne contiennent qu'une graine. Ce sont alors des akènes ou des caryopses.
  • Les fruits déhiscents sont très variés. Ils peuvent comprendre un ou plusieurs carpelles soudés. Ce sont les follicules, les gousses, les capsules et les siliques. Ces fruits sont caractérisés par leur mode de déhiscence.

Follicules et gousses

  • A : les follicules et les gousses sont constitués d'un seul carpelle fermé, dont les bords sont soudés au niveau des placentas qui portent les graines.
  • B : un follicule s'ouvre par une seule fente de déhiscence située au niveau de la suture placentaire.
  • C : une gousse s'ouvre par deux fentes de déhiscence, l'une située au niveau de la suture placentaire et l'autre au niveau de la nervure médiane du carpelle.
Exemples :

Siliques

Les siliques sont des capsules particulières, rencontrées principalement dans la famille des Crucifères ou Brassicacées.
L'ovaire est formé de deux carpelles soudés à placentation pariétale. Il ne devrait y avoir en principe qu'une seule loge. Une cloison supplémentaire (cloison surnuméraire) se développe entre les placentas opposés. Le fruit devient alors biloculaire, la déhiscence s'effectue par quatre fentes situées de part et d'autre des placentas (déhiscence paraplacentaire). Lorsque les deux valves externes se séparent, les graines restent attachées au cadre placentaire qui entoure la cloison surnuméraire, puis se détachent.

Schéma explicatif. Formation de la cloison surnuméraire et déhiscence d'une silique vue en coupe transversale.

Quelques exemples de siliques

Construites toutes selon le même principe, les siliques varient en fonction de leurs proportions (longueur, largeur, épaisseur).

A : silique classique. Le fruit est mince et allongé.

Exemples :


B : silicule, la longueur est approximativement égale à la largeur. Les valves sont très profondes.

Exemple :

Thlaspi
(capselle ou bourse à pasteur)

C : cas particulier de la monnaie du pape, la silique est aplatie (forme approximativement circulaire). Les deux valves sont très plates.

Exemple :

Capsules

Lorsque le fruit sec est formé par deux ou plusieurs carpelles soudés, l'ouverture se réalise par des fentes de déhiscence. Celles-ci se forment soit au niveau des sutures placentaires, soit au niveau des nervures médianes des carpelles. Les deux modes peuvent parfois coexister dans un même fruit. Ces modes de déhiscence diffèrent selon le type de placentation. On prendra pour exemple des fruits formés de trois carpelles soudés à placentation pariétale ou axile.
Exemple : fruits à placentation pariétale

  • A : un fruit formé de trois carpelles soudés à placentation pariétale ; le fruit ne contient qu'une loge.
  • B : ouverture par trois fentes de déhiscence situées au niveau des sutures placentaires (déhiscence septicide) ; les trois carpelles se séparent.
  • C : ouverture par trois fentes de déhiscence situées au niveau des nervures médianes (déhiscence loculicide) ; chaque carpelle s'ouvre en son milieu.

Exemple : fruits à placentation axile
  • A : un fruit formé de trois carpelles soudés à placentation axile ; le fruit contient trois loges séparées par trois cloisons.
  • B : ouverture par trois fentes de déhiscence situées au niveau des cloisons ; les trois carpelles fermés contenant les graines se séparent ; on parle de déhiscence septicide.
  • C : ouverture par trois fentes de déhiscence situées au niveau des nervures médianes ; chaque carpelle s'ouvre en son milieu et permet la libération des graines, on parle de déhiscence loculicide.
Exemple :

Il existe des cas comme le ricin pour lequel la déhiscence s'effectue par six fentes (déhiscence à la fois loculicide et septicide).
Dans de nombreux cas , la déhiscence peut se réaliser non pas avec des fentes mais avec des pores (déhiscence poricide, exemple du coquelicot) ou avec des dents (déhiscence denticide, exemple de l'oeillet).

[Haut de la page]

Roger Prat, Michèle Mosiniak et Véronique Vonarx.

Certains arbres forment des fruits secs indéhiscents comme les érables (samares), d'autres des fruits secs déhiscents comme les genets (gousses), et bien d'autres.

Pour retrouver tous les arbres, cliquez ICI

Pour nous contacter, cliquez ici ------>
contact

Dernière modification : 21 mars 2005
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie