Les fruits
LES FRUITS COMPLEXES

Les fruits simples sont formés par le développement de l'ovaire. La paroi de l'ovaire forme la paroi du fruit (péricarpe). Ce péricarpe est donc essentiellement formé par la paroi de l'ovaire.
Dans un grand nombre de cas, la formation du fruit fait intervenir d'autres tissus que la simple paroi de l'ovaire. Il s'agit alors de fruits complexes appelés aussi "pseudo-fruits" dans certains ouvrages. Dans de nombreux cas, le développement du fruit est réalisé à partir d'une fleur à ovaire infère.

1 - Réceptacle devenant charnu, soudé à l'ovaire (piridion)

C'est le cas lorsque la fleur possède un ovaire infère adhérent au réceptacle.

Schéma général d'une fleur à ovaire infère adhérent.
L'ovaire se trouve en dessous du plan d'insertion des pièces florales. Ici, l'ovaire est soudé au réceptacle floral en forme de coupe (conceptacle).
Exemple d'un fruit dérivé d'un ovaire infère adhérent : la pomme. La partie charnue du fruit appelée faussement "péricarpe" est en fait formée par le développement du conceptacle. Ce type particulier de fruit st appelé piridion.

Ce type de fruit est souvent appelé "fruit complexe" pour bien montrer que son origine n'est pas essentiellement due au développement de l'ovaire. En fait, dans la pomme, ce que l'on mange est le conceptacle et le fruit sensus stricto (qui dérive de la paroi du carpelle) est ce que l'on appelle vulgairement "le trognon".

De nombreux fruits, baies ou drupes, sont formés à partir d'un ovaire infère. Le mode de formation peut être sensiblement différent. Pour certains, (banane, Cucurbitacées) la participation du conceptacle est faible. Pour cette raison, certains les rangent dans les fruits complexes et d'autres dans les fruits simples.

Remarque : chez de nombreuses Rosacées (cerise, pêche, abricot, etc.), l'ovaire formé d'un carpelle est infère mais non adhérent. Il est entouré par le conceptacle (hypanthium). Ce conceptacle est caduc (il tombe en même temps que les pièces florales) et le fruit se développe uniquement à partir de la paroi de l'ovaire comme chez les fruits dérivés d'un ovaire supère.

2 - Réceptacle devenant charnu mais non soudé aux ovaires

Le réceptacle lui-même devient charnu. Il porte les fruits. Ce sont en général des akènes (fruits simples dérivés chacun d'un carpelle unique et contenant une seule graine). Le fruit "apparent" commercialisé ou consommé est donc le réceptacle. Pour cette raison, ces fruits sont aussi qualifiés de "faux fruits".

Schéma théorique d'une fraise. Le fruit que l'on mange est le réceptacle hypertrophié et charnu. N carpelles libres sont transformés en akènes.

Schéma théorique du fruit de l'églantine (cynorrhodon). Le fruit apparent, utilisé pour réaliser des confitures est le conceptacle hypertrophié et charnu. Les akènes sont, ici, enfouis dans le réceptacle.

:
Pour connaître la morphologie et l'anatomie de la fraise et du fruit de l'églantine :

Il existe d'autres fruits dans lesquels des tissus non ovariens participent à la formation du fruit complet.

  • C'est le cas du physalis pour lequel la baie (fruit simple) reste entourée par le calice acrescent.
  • C'est le cas des fruits des cupulifères pour lesquels les fruits (akènes) restent enveloppés en partie, jusqu'à maturité par une cupule formée par les bractées de l'inflorescence.
  • Là encore, selon que l'on considère, le fruit avec ou sans la cupule, ces fruits seront considérés comme des fruits simples ou complexes.
Pour connaître la morphologie et l'anatomie du physalis et de la châtaigne :

 


[Haut de la page]

Roger Prat, Michèle Mosiniak et Véronique Vonarx.
 
Pour nous contacter, cliquez ici ------>
contact

Dernière modification : 21 mars 2005
Tous droits réservés - Biologie et Multimédia - Université Pierre et Marie Curie - UFR des Sciences de la Vie