Les fruits
Les fruits complexes ou faux-fruits

Les fruits simples sont formés par le développement de l'ovaire seul. Dans un certain nombre de cas, la formation du fruit fait intervenir d'autres tissus que la simple paroi de l'ovaire. Il s'agit alors de fruits complexes appelés aussi "pseudo-fruits" dans certains ouvrages. Dans de nombreux cas, le développement du fruit est réalisé à partir d'une fleur à ovaire infère.

Coupe longitudinale d'un melon
Schéma général d'une fleur à ovaire infère adhérent.
Exemple de drupe dérivée d'un ovaire infère adhérent : la pomme.

Un exemple de baie dérivée d'un ovaire infère adhérent : le melon.

L'ovaire se trouve en dessous du plan d'insertion des pièces florales. Ici, l'ovaire est soudé au réceptacle floral en forme de coupe (conceptacle). Le pédoncule du fruit et les restes des pièces florales sont opposés. Il s'agit donc d'un ovaire infère. On observe très bien les faisceaux conducteurs qui irriguent les pièces florales et qui traversent le réceptacle. La partie charnue a donc pour origine le réceptacle et la partie centrale ("noyau") a pour origine la paroi de l'ovaire.Ce fruit est appelé"Piridion". On le retrouve chez les poires et les nèfles. Le noyau est diversement lignifié. Le pédoncule du fruit et le reste des pièces florales sont opposés. Il s'agit donc d'un ovaire infère. Le réceptacle floral participe donc à la formation du "péricarpe". Cependant il est difficile de définir précisément la limite entre les tissus d'origine réceptaculaire et ovarienne. On retrouve cette forme "Peponide" chez la plupart des Cucurbitacées. L'analyse de l'origine des tissus se trouve dans la page "Courgette".
  • Ce type de fruit est souvent appelé "fruit complexe" pour bien montrer que son origine n'est pas essentiellement due au développement de l'ovaire. En fait, dans la pomme, ce que l'on mange est le conceptacle et le fruit sensus stricto (qui dérive de la paroi du carpelle) est ce que l'on appelle vulgairement "le trognon".
  • D'autres fruits, baies ou drupes, sont formés à partir d'un ovaire infère. Le mode de formation peut être sensiblement différent. Pour certains, (banane, Melon) la participation du conceptacle est faible. Pour cette raison, certains les rangent dans les fruits complexes et d'autres dans les fruits simples comme les baies).

Tous les fruits complexes que l'on trouve dans ce dossier : CHOISISSEZ

Les Piridions   Les Peponides
Coing Nèfle Poire Pomme Banane Melon Citrouille Courgette

Il existe aussi des fruits dont la mise dans une catégorie est difficile. La Fraise et le Cynorrhodon de l'églantine sont des fruits multiples (nombreux akènes indépendants) mais si on tien compte de leur apparence, ils peuvent être considérés comme des faux-fruits ou fruits complexe puisque c'est le réceptacle (ou le conceptacle) qui est considéré de manière inexacte comme le fruit. De même certains fruits sont enveloppés de tissus étrangers à l'ovaire et peuvent ainsi être nommés pseudo-fruits. C'est le cas du Physalis (baie entourée d'un calice acrescent) ou des fruits de Cupulifères comme la Châtaigne (Akènes entourés d'un involucre de bractées).

Quelques fruits complexes particuliers
Fraise Eglantine Physalis Châtaigne

Remarque : chez de nombreuses Rosacées (cerise, pêche, abricot, etc.), l'ovaire formé d'un carpelle est infère mais non adhérent. Il est entouré par le conceptacle (hypanthium). Ce conceptacle est caduc (il tombe en même temps que les pièces florales) et le fruit se développe uniquement à partir de la paroi de l'ovaire comme chez les fruits dérivés d'un ovaire supère.

Tous les fruits : Fruits Simples, Charnus, Secs Déhiscents, Secs Indéhiscents, Multiples, Complexes, Composés ou toute la Collection disponible.

[Haut de la page]

 
 
Biologie et Multimédia - UFR des Sciences de la Vie - Sorbonne Université