Vous êtes sur ATP. Ce bandeau vous donne accès aux autres rubriques de Bmedia. Accueil
Biochimie 
et biologie moléculaire
Biologie 
du développement
Biologie cellulaire Zoologie Biologie végétale Physiologie végétale Informations sur le site Liens externes

 
Sans
ordinateur
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL



Microbiologie
Biochimie
Biologie cellulaire
Génétique
Physiologie animale
Physiologie végétale
Evolution
Organismes modèles
Avec ordinateur
ExAO
Modèles moléculaires


Le ver de terre, un modèle pédagogique polyvalent


Héritage du siècle des Lumières et des grands scientifiques qui ont marqué l’histoire des sciences dans notre pays, de Lavoisier à Pasteur en passant par Claude Bernard, l’enseignement scientifique en France est traditionnellement organisé autour de la construction du raisonnement scientifique et des approches expérimentales. À tous les niveaux d’enseignement, de l’école élémentaire jusqu’à l’université, les programmes d’enseignement des sciences reposent sur des travaux pratiques dont la finalité est de permettre aux élèves et aux étudiants de s'approprier les concepts, les méthodes et les techniques qui fondent la connaissance scientifique. 
Les travaux pratiques sont considérés par la plupart des enseignants et des chercheurs comme un élément indispensable de la formation scientifique. La conviction que les objectifs de l’enseignement des sciences expérimentales en général et des sciences de la vie en particulier ne peuvent être pleinement atteints sans le recours à des activités scientifiques variées comportant des travaux de laboratoire est partagée par de nombreux scientifiques dans le monde entier, notamment par les lauréats français du prix Nobel.
Toutefois, dans le domaine de la biologie, cette conception se heurte à l’obstacle de la réglementation : depuis 1987, seules les personnes disposant de l’habilitation appropriée sont autorisées à expérimenter sur des vertébrés vivants (décret 87-848 du 19 octobre 1987). En outre, les risques infectieux ont conduit à interdire aussi l’utilisation de produits du corps humain comme le sang ou la salive dans les établissements scolaires. 
Il résulte de ces dispositions que la plupart des préparations classiques utilisées par le passé pour étudier expérimentalement la biologie des organismes, notamment toutes celles utilisant la grenouille, la souris ou le sang humain, ne sont plus utilisables aujourd’hui limitant considérablement les possibilités d'études pratiques. C’est pourquoi de nouveaux modèles animaux ont dû être mis au point, en particulier pour l'abord expérimental de la physiologie, utilisant des animaux invertébrés comme le ver de terre, l'escargot, le crabe, etc. .
Le ver de terre constitue un modèle particulièrement intéressant. Facile à se procurer, puisqu’on le trouve pratiquement toute l’année dans les magasins d’articles de pêche où il est vendu comme appât vivant, il se conserve vivant pendant plusieurs semaines au réfrigérateur et peut être facilement élevé de façon permanente. Outre les observations en rapport avec l’écologie qu’il permet, le ver de terre constitue un excellent modèle pour expérimenter en physiologie. 
On trouvera dans les pages accessibles par les liens ci-dessous des exemples d’utilisation de ce modèle.
Page d'accueil de BMédia
Tous droits réservés
BMédia, 2003
Contact :
Envoyer un courrier