Vous êtes sur ATP. Ce bandeau vous donne accès aux autres rubriques de Bmedia. Accueil
Biochimie 
et biologie moléculaire
Biologie 
du développement
Biologie cellulaire Zoologie Biologie végétale Physiologie végétale Informations sur le site Liens externes

 
Sans
ordinateur
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL



Microbiologie
Biochimie
Biologie cellulaire
Génétique
Physiologie animale
Physiologie végétale
Evolution
Organismes modèles
Avec ordinateur
ExAO
Modèles moléculaires


Contraction in vitro des muscles striés du ver de terre

  • Introduction
  • Matériel et méthodes
  • Action de diverses substances
  • Introduction
La paroi du corps du ver de terre est limitée par un épiderme recouvert d'une fine cuticule. Elle comporte une couche de fibres musculaires circulaires recouvrant trois masses musculaires longitudinales : latéro-dorsale, latéro-ventrale et médio-ventrale. 
Les muscles du ver de terre sont différents de ceux des vertébrés : ils sont formés de fibres étroites ovales ou en forme de ruban avec une striation oblique et sont donc qualifiés de muscles striés obliquement. Le raccourcissement des fibres est provoqué à la fois par le glissement relatif des myofilaments et par cisaillement : lors de la contraction, l'angle entre l'axe des myofilaments et le grand axe de la fibre musculaire augmente. 
Il existe deux catégories de fibres dans les muscles du ver de terre : des fibres phasiques à contraction rapide (quelques ms) et des fibres toniques à contraction lente (quelques s). 
Les fibres musculaires du ver reçoivent des terminaisons de nerfs excitateurs et de nerfs inhibiteurs. Elles sont stimulées par l'acétylcholine et l'acide glutamique et sont inhibées par le GABA. 
 
 
 
 
 
 
   

 

Page d'accueil de BMédia
Tous droits réservés
BMédia, 1999-2004
Contact :
Envoyer un courrier