Vous êtes sur ATP. Ce bandeau vous donne accès aux autres rubriques de Bmedia. Accueil
Biochimie 
et biologie moléculaire
Biologie 
du développement
Biologie cellulaire Zoologie Biologie végétale Physiologie végétale Informations sur le site Liens externes

 
Sans
ordinateur
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL



Microbiologie
Biochimie
Biologie cellulaire
Génétique
Physiologie animale
Physiologie végétale
Evolution
Organismes modèles
Avec ordinateur
ExAO
Modèles moléculaires

Activité réflexe et activité volontaire

  • Principes
L'activité électrique du soléaire est enregistrée, d'abord lors d'un réflexe (réflexe achilléen), ensuite lors d'un mouvement volontaire (brusque extension du pied). 
Lors du réflexe, l'enregistrement est déclenché par la percussion du marteau (muni d'un dispositif inertiel et interfacé avec l'ordinateur) sur le tendon d'Achille. Pour obtenir l'EMG lors du mouvement volontaire, le choc est appliqué sur une table et le sujet contracte le muscle lorsqu'il entend le choc du marteau.
Dans les deux cas, l'EMG est recueilli par trois électrodes placées sur la peau du mollet en regard du soléaire, exactement comme dans le cas de l'enregistrement de l'EMG lors de mouvements du pied. 
La superposition des enregistrements obtenus dans les deux cas permet de comparer les temps de latence pour les mettre en rapport avec les circuits nerveux correspondants.

Électrodes et marteau en place
  • Résultats
    •  
      Réponse réflexe :
       activité électrique du soléaire en réponse à un choc sur le tendon d'Achille
      Superposition de l'activité électrique réflexe et volontaire
      Noter l'échelle de temps plus longue par rapport au tracé précédent et l'importante différence entre les temps de latence (environ 20 ms pour la réponse réflexe ; environ 100 ms pour la réponse à la commande volontaire).

Page d'accueil de BMédia
Tous droits réservés
BMédia, 1999-2004
Contact :