Vous êtes sur ATP. Ce bandeau vous donne accès aux autres rubriques de Bmedia. Accueil
Biochimie 
et biologie moléculaire
Biologie 
du développement
Biologie cellulaire Zoologie Biologie végétale Physiologie végétale Informations sur le site Liens externes

 
Sans
ordinateur
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

Microbiologie
Biochimie
Biologie cellulaire
Génétique
Physiologie animale
Physiologie végétale
Evolution
Organismes modèles
Avec ordinateur
ExAO
Modèles moléculaires

Enregistrement de l'électrocardiogramme de l'escargot

  • Introduction
  • Préparation de l'animal
  • Résultats

  • Introduction
La contraction rythmique du cœur d'escargot s’accompagne d’une activité électrique périodique qu’il est possible d’enregistrer. On peut utiliser pour cela un électrocardiographe ordinaire ou le matériel d’expérimentation assistée par ordinateur destiné à l’acquisition de l’électrocardiogramme humain. Il est également possible d'utiliser une électrode à succion comme celle utilisée pour enregistrer l'activité électrique du jabot-gésier de ver de terre. On trouvera la description de la fabrication et de l'utilisation de ce type d'électrode à la page "Activité électrique du gésier de ver de terre".
Les signaux électriques dont le cœur d’escargot est le siège diffèrent de ceux émis par un cœur de vertébré mais leur régularité et leur maintien lorsque le cœur est dénervé et isolé suggèrent une origine endogène. Leur enregistrement au cours du temps peut être utilisé pour suivre l’activité cardiaque lors d’investigation expérimentales.
Pour obtenir des enregistrements réguliers, il est nécessaire d’éliminer la coquille afin de placer l’une des électrodes sous le cœur maintenu en place.
 
  • Préparation de l'animal 
   
  • Résultats

 


Page d'accueil de BMédia
Tous droits réservés
BMédia, 1999-2004
Contact :
Envoyer un courrier