Cours HTML : la structure

Des documents structurés

Les documents bien structurés sont les plus lisibles, les plus faciles à mémoriser, et donc les plus accessibles. Cette structure est aussi utile pour les outils logiciels qui extraient automatiquement l'information de ces documents (par exemple les agents de recherche automatique d'information, les outils d'indexation automatique ou les navigateurs utilisant ces informations pour ajouter des dimensions de navigation aux documents).

Dans ce chapitre, nous allons voir les éléments HTML permettant de structurer un document.

Sommaire

  1. Toujours plus de structure
    1. Séparer la forme du fond
    2. Utiliser les éléments HTML à bon escient
  2. Les titres ou "En-têtes"
  3. Les paragraphes
    1. Créer un paragraphe
    2. Forcer une fin de ligne
    3. Les paragraphes spéciaux
  4. Les listes
    1. les listes non numérotées (élément UL)
    2. les listes numérotées (élément OL)
    3. les listes descriptives (élément DL)
  5. Les éléments sémantiques

Toujours plus de structure

Séparer la forme du fond

Contrairement aux précédentes versions d'HTML, les nouvelles spécifications permettent de séparer complètement la forme du fond. En fait HTML décrit la structure et les enrichissements sémantiques du texte, et la mise en forme est décrite par CSS (les feuilles de styles).

De cette façon, les logiciels de navigation pourront au mieux présenter les informations en fonction à la fois de la volonté de l'auteur en matière de mise en page, mais aussi des spécificités des lecteurs. De plus les logiciels de type "robot intelligent" (ou plus ou moins intelligent) pourront tirer parti de ces informations.

Utiliser les éléments HTML à bon escient

L'utilisation de balises structurantes à des fins de formattage de paragraphes représente une gène considérable pour beaucoup d'utilisateurs. Prenons un exemple fréquent : utiliser un élément de type DL, qui concerne des listes, pour faire un décalage par rapport à la marge de gauche. La présence de cet élément risque de provoquer une erreur dans le cas d'un navigateur non graphique. Un navigateur purement vocal par exemple risque d'indiquer un début de liste...

Les titres ou "En-têtes"

Les éléments H1, H2... H6 permettent de définir des titres de différents niveaux. On parle aussi d'entêtes pour faire la distinction avec l'élément TITLE placé dans l'élément HEAD.

Il y a 6 niveaux d'entête, H1, H2, H3, H4, H5 et H6. H1 correspond au titre principal, H2 au titre secondaire, etc jusqu'à H6. Les navigateurs graphiques présentent en général les éléments Hn en utilisant des polices de caractère de différentes tailles (la plus grande pour H1...).

Il est important de respecter l'ordre d'apparition des entêtes, de façon à éviter tout risque d'erreur d'interprétation lors de l'utilisation d'un logiciel de navigation spécifique. Certains agents logiciels peuvent en effet utiliser ces éléments pour construire automatiquement une table des matières.

Exemple
<H1>Le Havre, porte Océane</H1>
<H2>Le Havre hier...</H2>
  <H3>Anchois Pommier</H3>
  ...
  <H3>La révolution industrielle</H3>
  ...
  <H3>Le 12 septembre 1944</H3>
  ...
<H2>et aujourd'hui</H2>
  <H3>La nouvelle ville</H3>
  ...
  <H3>Les mutations économiques</H3>
  ...
Voir cet exemple

Les paragraphes

Créer un paragraphe

La gestion des fins de lignes est laissée au logiciel de navigation. En effet, on ne peut pas connaître lors de la rédaction les dimensions de la fenêtre dans laquelle les documents seront visionnés. Il est donc nécessaire d'indiquer explicitement chaque nouveau paragraphe.

Pour cela, on utilise l'élément P. Cet élément se définit en plaçant simplement une balise <P> au début du paragraphe. La balise de fin peut être omise.

Exemple
<P>En 1517, François Premier décide de fonder à l'estuaire de la
Seine un nouveau port. Le Havre est aujourd'hui une ville de 
200 000 habitants et l'un des tous premiers ports français.
<P>Complètement détruite en 1944 la ville renaît de ses cendres
sous les plans d'Auguste Perret.

En 1517, François Premier décide de fonder à l'estuaire de la Seine un nouveau port. Le Havre est aujourd'hui une ville de 200 000 habitants et l'un des tous premiers ports français.

Complètement détruite en 1944 la ville renaît de ses cendres sous les plans d'Auguste Perret.

Forcer une fin de ligne

Il est possible de forcer une fin de ligne à l'intérieur d'un paragraphe. Pour cela on utilise l'élément BR. Cet élément s'utilise très simplement aussi, en plaçant une balise <BR> à l'endroit où l'on veut sauter une ligne.

Exemple
<P>Le port du Havre s'étend sur 1000 ha, circonscrits par 28 km
de quais. <BR> Un traffic supérieur à 50 millions de tonnes...

Le port du Havre s'étend sur 1000 ha, circonscrits par 28 km de quais.
Un traffic supérieur à 50 millions de tonnes...

Les paragraphes spéciaux

L'élément PRE

L'élément PRE (pour "preformatted text") permet d'indiquer qu'une zone de texte est préformattée. Cela signifie qu'elle doit être présentée par le logiciel de navigation "telle qu'elle", en respectant la mise en page du code source. Notamment :

Exemple
<PRE>En 1517, François Premier décide de fonder à l'estuaire de la
Seine un nouveau port. Le Havre est aujourd'hui une ville de 
200 000 habitants et l'un des tous premiers ports français.
Complètement détruite en 1944 la ville renaît de ses cendres
sous les plans d'Auguste Perret.</PRE>
En 1517, François Premier décide de fonder à l'estuaire de la
Seine un nouveau port. Le Havre est aujourd'hui une ville de 
200 000 habitants et l'un des tous premiers ports français.
Complètement détruite en 1944 la ville renaît de ses cendres
sous les plans d'Auguste Perret.

L'élément DIV

L'élément DIV permet de spécifier l'aspect fonctionnel d'un paragraphe (une barre de navigation par exemple), et de regrouper plusieurs paragraphes ensemble. Nous l'utiliserons surtout en relation avec des feuilles de style.

Les listes

Il existe 3 types de listes :

les listes non numérotées (élément UL)

La liste précédente est de type UL. Pour indiquer chaque nouvel item de la liste, on utilise l'élément <LI>.

Exemple
<UL>
<LI>les listes numérotées (élément OL)
<LI>les listes non numérotées (élément UL)
<LI>les listes descriptives (élément DL)
</UL>

Nous verrons comment modifier la forme de la puce avec les feuilles de style :

les listes numérotées (élément OL)

Les listes numérotées s'utilisent comme les précédentes. L'élément <LI> permet de spécifier chaque nouvel item.

Exemple
<OL>
<LI>les listes numérotées (élément OL)
<LI>les listes non numérotées (élément UL)
<LI>les listes descriptives (élément DL)
</OL>
  1. les listes non numérotées (élément UL)
  2. les listes numérotées (élément OL)
  3. les listes descriptives (élément DL)

De même que pour les précédentes, les feuilles de style permettent de choisir le type de numérotation (nombres arabes, nombres romains, lettres minuscules ou majuscules,...).

les listes descriptives (élément DL)

Les listes descriptives permettent de définir une présentation de type "lexique". Chaque item est composé d'un terme (élément DT) et d'une description (élément DD).

Exemple
<DL>
<DT>Pont de tancarville <DD>Réalisé en 1959, le pont de Tancarville
est un pont suspendu.
<DT>Pont de normandie <DD>C'est un pont à Haubans. Il a été inaug.uré en 1995
</DL>
Pont de tancarville
Réalisé en 1959, le pont de Tancarville est un pont suspendu.
Pont de normandie
C'est un pont à Haubans. Il a été inauguré en 1995.

Les éléments sémantiques

<EM> Mise en valeur
texte précédent <em>blabla blabla
blabla blabla</em> texte suivant
texte précédent blabla blabla blabla blabla texte suivant
<STRONG> Mise en valeur forte
texte précédent <STRONG>blabla blabla
blabla blabla</STRONG> texte suivant
texte précédent blabla blabla blabla blabla texte suivant
<DFN> Définitions
texte précédent <DFN>blabla blabla
blabla blabla</DFN> texte suivant
texte précédent blabla blabla blabla blabla texte suivant
<CODE> Programmes
texte précédent <CODE>blabla blabla
blabla blabla</CODE> texte suivant
texte précédent blabla blabla blabla blabla texte suivant
<SAMP> Exemple
texte précédent <SAMP>blabla blabla
blabla blabla</SAMP> texte suivant
texte précédent blabla blabla blabla blabla texte suivant
<KBD> Saisie au clavier
texte précédent <KBD>blabla blabla
blabla blabla</KBD> texte suivant
texte précédent blabla blabla blabla blabla texte suivant
<VAR> Variables (informatiques)
texte précédent <VAR>blabla blabla
blabla blabla</VAR> texte suivant
texte précédent blabla blabla blabla blabla texte suivant
<CITE> Citations
texte précédent <CITE>blabla blabla
blabla blabla</CITE> texte suivant
texte précédent blabla blabla blabla blabla texte suivant
<ADDRESS> Adresse
texte précédent <ADDRESS>blabla blabla
blabla blabla</ADDRESS> texte suivant
texte précédent
blabla blabla blabla blabla
texte suivant
<ABBR> Abréviation
texte précédent <ABBR>blabla blabla
blabla blabla</ABBR> texte suivant
texte précédent blabla blabla blabla blabla texte suivant
<ACRONYM> Acronyme
texte précédent <ACRONYM>blabla blabla
blabla blabla</ACRONYM> texte suivant
texte précédent blabla blabla blabla blabla texte suivant
<BLOCKQUOTE> Quote
texte précédent <BLOCKQUOTE>blabla blabla
blabla blabla</BLOCKQUOTE> texte suivant
texte précédent
blabla blabla blabla blabla
texte suivant

Le chapitre suivant traite des liens hypertextes.


Dominique Archambault, 1998